« Aïcha Arnaout | Dans les eaux du glacier originel | Accueil | Maryse Hache | pas l’inertie »

26 juin 2008

Commentaires

"je suis une femme. N’importe laquelle."
Surgissant à la dernière strophe de son poème, ces quelques mots de Danielle Fournier m'ont surprise par leur évidence et leur beauté. Merci à elle et à Angèle Paoli.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.