« 24 mai 1899 | Naissance de Henri Michaux | Accueil | 26-27 mai 1853 | Lettre de Gustave Flaubert à Louise Colet »

25 mai 2008

Commentaires


Un beau livre donc, qui fait écho à Les Mains de Charles Juliet de la même Marie-Thérèse Peyrin, et Armand Dupuy ; illustré par Fanny Batt, Tanguy Dohollau et Fred Bonna ; préfacé par http://terresdefemmes.blogs.com/mon_weblog/2004/12/portrait_de_mar.html>Marie-Ange Sebasti et publié en 2006 par les Editions Sang d'Encre de ma (presque) voisine http://www.jackieplaetevoet.com/>Jackie Plaetevoet. Que du très beau monde !


... et une postface de Mohammed El Amraoui :
"[...] et toujours toujours la sensation d'être définitivement la lisière entre ce qu'est être et ce qu'est penser être [...]".

Merci Pascale, d'avoir rappelé l'existence de ce livre d'"hommage à Charles Juliet" aux lectrices et lecteurs de TdF, dans la très belle collection Opuscules. A ma connaissance, il s'agit d'un tirage limité à 100 exemplaires (c'est du moins ce que je vois sur la page d'achevé d'imprimer).


Ah oui. Le travail d'orfèvre de Jackie.


Merci Angèle et Pascale pour cet écho favorable à mon coup de folie heureuse qui a transité par les Editions Artisanales Sang d'Encre (Jackie) en 2006 pour alunir chez JA Editeur en 2008 en passant par la Médiathèque Marguerite Duras de Lyon Bachut pour le Printemps des Poètes 2008 et son Eloge de l'autre. En amont il y a dix ans de compagnonnage privilégié avec Charles Juliet avec qui tout dialogue sur les conditions de l'écriture s'avère fécond et partageable.

"Ecouter l'Autre c'est le faire Exister".

Une phrase bien rare et utile lorsqu'on sait combien il est difficile de faire circuler les mots d'être à être sans distorsion, ni manipulation.


4

ils ont disparu
ceux dont le regard
te renvoyait ton enfance
te parlait du village
gardait mémoire
de ton jeune passé

mais parfois
sans que tu songes à eux
ils réapparaissent
avec leurs bêtes
au détour d'un sentier

ils n'ont jamais été
aussi présents
tu ne les as jamais
autant aimés.

Charles Juliet, L'Opulence de la nuit, P.O.L., 2006, page 44.



Je viens de découvrir Charles Juliet avec son livre Lambeaux, c'est peu de dire que j'ai été remuée par ce qu'il écrit... Une merveille !

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.