« À l’aplomb du mur blanc | Accueil | Angèle Paoli et Guidu Antonietti di Cinarca à l'Espace Art contemporain Orenga de Gaffory »

05 mars 2008

Commentaires


J'ai toujours eu un faible pour les images comme illuminées de l'intérieur, de Tzara.
"L'eau veuve de désirs où se dérèglent les rides"
je pourrais bien être jalouse, oui, mais... non.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.