« Sophie Loizeau | vendredi | Accueil | 22 mars | Jean Giono, Le Grand Troupeau »

22 mars 2008

Commentaires


"Dans le pré cet après-midi, je retrouve
des tas de souvenirs invraisemblables. Le
croque-mort demandant à ma mère si elle
veut acheter un costume pour enterrer mon père avec
ou seulement un manteau, je n'ai pas
à répondre à cette question,
ni à aucune autre. Eh bien, il est entré
dans la fournaise en caleçon.

Ce matin, j'ai regardé sa photo.
Un type massif et râblé dans la dernière année
de sa vie. Qui tient un saumon géant
devant la cabane où il habitait
à Fortuna, Californie. Mon père.
Il n’est plus rien maintenant. Réduit à une coupe de cendres
et quelques petits os. Ce n'est vraiment pas
une façon
de finir sa vie d'homme."

Raymond Carver, Le pré, La Vitesse foudroyante du passé, Collection Poésie/Points, 2006, p. 130.


C'est précisément à cet autre poème de Raymond Carver que je pensais.


L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.