« 19 février 1977 | Julien Gracq, Les Eaux étroites | Accueil | Marie-Pierre Amiel/«Crépuscule Marseille-Sud» »

20 février 2008

Commentaires

L’Esprit saint

L’Esprit Saint feint
De s’asseoir un instant
Au bord de nos déboires
Et de les interroger :

Comment, Malheur,
As-tu trouvé chemin
Entre les audaces ?
Comment, Infortune
As-tu perdu la trace
De ton lieu d’origine :
La certitude ?

Et l’Esprit Saint
De nous douter un temps,
Douce demande
De l’être à soi
Et d’être, en somme,
Un peu plus Moi
Mais comme un choix

L’Esprit Saint a choisi
De nous faire hésiter
Et lorsque naît
Des cendres d’antan divines
La Décision

Dieu, qu’elle explose,
Qu’elle éclate à la grande nuit
Comme au grand jour
Plus effrayante que les heures

Dieu, la Poésie !


Bien que je n'aime pas les dogmes et la théorie, ces mots résonnent en moi et j'adhère au programme, à condition qu'il dérape, comme de juste, "connard" aurait dit Robbe-Grillet, la P n'a pas besoin d'être juste ni respectueuse, ce en quoi il ne se trompe point (,)
virgule
l'étincelle irrévérente de ce que la vie allume, le kérosène pétaradant de mon intelligence aux aguets ,
voila que je dérape, heureusement ...

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.