« Issa Makhlouf | Celui qui part, laissons-le partir | Accueil | Béatrice Bonhomme | La terre rouge »

17 février 2008

Commentaires


Ce poème m'a emportée, transportée ! A un point tel que j'avais l'impression de l'avoir commenté !

Il y a dans ces mots, ces silences et ruptures, un infini de questions, de sensations.

D’ici ballotté dans l’écume et rongé,

reste quoi de ce qui fut ?


sera l'en-tête de mon prochain poème en germe déjà...


Angèle, je t'embrasse.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.