« 4 février 1978 | Une journée particulière d’Ettore Scola | Accueil | 6 février 1948 | Francis Ponge, Pochades en prose »

05 février 2008

Commentaires

Deux textes bien complémentaires, que je découvre avec grand plaisir.
A signaler que le mot "asbeste" est un mot rare, pour amiante, beaucoup plus usité ; anglais "asbestos".
Merci à TDF,
Jean-Marie.


Cette définition de l'asbeste (donnée en note par Thierry Gillyboeuf) reprend en fait pour partie celle donnée par le TLF :

ASBESTE, subst. masc.
MINÉR. Espèce de minéraux (groupe des Silicates) à structure filamenteuse, assez souple et résistante, relativement incombustibles, utilisés autrefois pour fabriquer des tissus, des mèches de lampes, des explosifs, etc. Asbeste amphibole/amphibolique, a-chrysotile, a-serpentine :

L'actinote constitue généralement des amas compacts de cristaux minces, entremêlés, et elle est très commune. (...) L'actinote est quelquefois incluse, sous forme de masses chevelues vertes, dans des cristaux de quartz. L'asbeste actinote est très commune dans les serpentines des Alpes. (...) Il existe de nombreuses variétés de ces amphiboles. (...) L'amiante est l'ancien nom utilisé pour désigner l'asbeste. Elle fond plus facilement que l'asbeste serpentine. Le cuir de montagne est un tissu naturel de couleur claire formé de fibres d'asbeste amphibole.
POUGH 1969, p. 364.

Rem. 1. Dit aussi bois/carton/cuir des montagnes ou cuir/liège/ papier fossile. 2. Souvent confondu autrefois avec l'amiante qui représente seulement l'une de ses variétés. 3. Parfois considéré comme féminin.


La salamandre, aussi associée à la personne de Zelda Fitzgerald :
"Je suis une salamandre : je traverse les flammes, sans jamais me brûler. C'est de là que me vient mon nom, parce que Minnie [la mère de Zelda] avait terriblement aimé une Zelda de papier, héroïne d'un roman oublié qui s'intitulait La Salamandre - et cette Zelda était une fière danseuse gypsie."

Gilles Leroy, Alabama Song, Mercure de France, 2007, page 33.


Ton dernier article m'a conduite
vers cette vision naturaliste et merveilleuse
cette langue flamboyante dont les mots cognent comme l'eau
sur les galets
comme nous avons encore à nous nourrir
des mots des autres
c'est jubilant!



J'ouvre pour toi, Viviane, au hasard (page 107), Marianne Moore, laissée en attente sur mon bureau :

     Le passé et le présent

Si l'action externe est inefficace
    et la rime surannée,
    je reviendrai à toi,
Habacuc, comme quand en classe d'instruction religieuse
    le professeur parlait de vers non rimés.
Il disait - et je pense répéter ses propres paroles:
    " La poésie en hébreu est la prose
avec une sorte de regain de conscience". L'extase fournit
    l'occasion et la convenance détermine la force.

Je te laisse à ces énigmes.



L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.