https://terresdefemmes.blogs.com/.a/6a00d8345167db69e2026bdeb2246c200c-popup Patrizia Cavalli, Mes poèmes ne changeront pas le monde par Angèle Paoli - Terres de femmes
Ma Photo

Prix de la critique poétique Aristote 2013

Blog powered by Typepad
Membre depuis 12/2004
BIBILIOTHEQUE
Index des auteurs cités
AMELIA-ROSSELLI-
Éphéméride culturelle
NOAILLES
L'instant Noailles
PATINIR
Le dernier rêve de Patinir

Italies Fabulae




  • Italies-fabulae-Paoli



    Angèle Paoli, Italies Fabulae
    Éditions Al Manar, 2017.



Solitude des seuils
Solitude des seuils



De l’autre côté

Le Lion des Abruzzes
chez Cousu Main






Arbre bruyère
L'arbre bruyère, avec Stéphane Causse





Rouges de Chine




  • ROUGES DE CHINE => PAGE D'ACCUEIL






Éclats d’éclats




  • Éclats d’éclats



MURALE 1
Murales
Mazzeri
Mazzeri
Noir écrin
Noir écrin
Manfarinu l'ane de Noël(1)
Manfarinu l'âne de Noël
Le tour de Corse à la voile 150
Le tour de Corse à la voile
CANARI
Santa Maria Assunta de Canari
Les topiques d'Angèle Paoli
Index de mes topiques
BNF lettrage
Angèle Paoli / Data Bnf
6a00d8345167db69e2010534cb4443970b-800wi
Angèle Paoli / Zilbal -donna
LES PLANCHES COURBES YVES BONNEFOY
Lecture des - Planches courbes - d'Yves Bonnefoy
Bleu _Fotor
Anthologie du bleu

« 5 janvier 1904 | Lettre de Jean Lorrain à sa mère | Accueil | Patrick Modiano, Dans le café de la jeunesse perdue par Angèle Paoli »

06 janvier 2008

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.


La voici cette note ! merci Angèle ! encore un magnifique commentaire... je pars plonger dans les poèmes qui "ne changeront pas le monde" mais qui me touchent ... Comme j'aimerais entendre la langue de Patrizia Cavalli ! Ellise


Article fort intéressant et d’ailleurs j’étais étonné de ne pas avoir lu à ce jour un commentaire chez vous depuis la publication de cette traduction de la poésie de Patrizia Cavalli.

Vous m’aviez déjà parlé de ces quelques écarts à propos de cette traduction sur mon blog. Je suis d’accord avec vous, mais il faut dire que c’est peut être le prix à payer pour que des lecteurs ne maitrisant pas l’italien puissent aborder l’œuvre formidable de Cavalli. M’étant amusé à plusieurs reprises, et sans grand talent il faut le dire, à traduire de la poésie, je sais combien il est difficile de ne pas « re-écrire » le poème à la place de son véritable auteur.

Le passage de la barrière des langues est toujours très difficile à faire, surtout quand on aborde les rives de la poésie.

En tout cas, comme vous, je conseille cet ouvrage à tout amateur de poésie.

Ton article m'a fortement intéressée, Angèle !
Je ne connaissais pas Patrizia Cavalli. Je la remercie ici, elle m'a fait sourire ce matin. Beaucoup d'humour tendre, de dérision... je vais aller à sa recherche, moi aussi.

Elle a raison Patrizia : nos poèmes ne changeront pas le monde, mais ils l'éclaireront de mille façons.

patrizia cavalli è grandiosa!
e le traduzioni mi sembrano davvero belle.
complimenti.
s.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.