« 16 janvier 1950 | Lettre de Giuseppe Ungaretti à Jean Paulhan | Accueil | 17 janvier 1945/Lettre de Carson McCullers à Reeves »

17 janvier 2008

Commentaires

"Elle chasse-croise alors le dessin de ses rêves, la dame de haute–lisse. Elle se tient en équilibre sur un fil, attentive aux mots qui la bercent ou la roulent-boulent au rebours du savant métier des émotions. "

Très sensible. Très beau.

Derrière ton voile, renouvelée

Mais elle voudra tout, patiente Pénélope
Charybde et puis Scylla,
Le grand cheval, le grand naufrage et les repos du vent
L’unique œil du Cyclope
Deux sirènes de plumes,
Et trois d’écailles,
Circé pleurant, Circé tremblant, Circé tout à la fois
Sage et cruelle,
Son double et sa rivale.
Car elle voudra tout, patiente Pénélope,
Qu’Il s’en aille, qu’Il revienne, et qu’Il meure en détour,
Mais juste un peu,
Afin qu’Il conte le voyage,
A ses mains abimées d’avoir compté les jours.

En tissant détissant son voile du midi
Tissu de femme des îles
Qui dit plus qu’il ne cache,
Ce sont les nœuds des dieux
Qu’elle noue et qu’elle arrache
Comme une trame à elle
Toujours recommencée -

En tissant détissant son voile de minuit
Tissu de femme pâle
A en perdre le sang
Ce sont les liens de l’Homme
Sous le regard des dieux
Qu’elle noue et qu’elle étale
Comme un butin précieux

« Raconte, Ulysse,
Ce voile que je tisse
Tapisserie intime du retour insulaire
Toile de mains fragiles qui affrontent la mer
Et qui sait
Le voyage,
Son début,
Son terme,
Et ce pourquoi nous fîmes
Ce que nous devions faire »

O, femme,
Derrière ton voile, renouvelée,
Qui connaît le Voyage
Mieux que l’homme au visage
Chaque fois découvert
Chaque fois naufragé

Emilie D.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.