https://terresdefemmes.blogs.com/.a/6a00d8345167db69e2026bdeb2246c200c-popup L’Atelier d’Alberto Giacometti - Terres de femmes
Ma Photo

Prix de la critique poétique Aristote 2013

BIBILIOTHEQUE
Index des auteurs cités jusqu'en 2021
AMELIA-ROSSELLI-
Éphéméride culturelle


J'écris



  • Lupinu (mon chat) et moi
MARCHER DANS L'ÉPHÉMÈRE
Marcher dans l'éphémère
NOAILLES
L'instant Noailles
PATINIR
Le dernier rêve de Patinir

Italies Fabulae




  • Italies-fabulae-Paoli



    Angèle Paoli, Italies Fabulae
    Éditions Al Manar, 2017.



Solitude des seuils
SOLITUDE DES SEUILS
UNE FENETRE SUR LA MER
UNE FENÊTRE SUR LA MER
Pas d'ici pas d'ailleurs
PAS D'ICI, PAS D’AILLEURS

Le Lion des Abruzzes
chez Cousu Main






Arbre bruyère
L'arbre bruyère, avec Stéphane Causse
De l'autre coté
De l 'autre coté. 2013





Rouges de Chine




  • ROUGES DE CHINE => PAGE D'ACCUEIL






Éclats d’éclats




  • Éclats d’éclats



MURALE 1
MURALES
Noir écrin
Noir écrin
Manfarinu l'ane de Noël(1)
Manfarinu l'âne de Noël
Le tour de Corse à la voile 150
Le tour de Corse à la voile
Mazzeri
Mazzeri
CANARI
Santa Maria Assunta de Canari
Les topiques d'Angèle Paoli
Index de mes topiques
BNF lettrage
Angèle Paoli / Data Bnf
6a00d8345167db69e2010534cb4443970b-800wi
Angèle Paoli / Zilbal -donna
LES PLANCHES COURBES YVES BONNEFOY
Lecture des - Planches courbes - d'Yves Bonnefoy
Bleu _Fotor
Anthologie du bleu
Angèle
Angèle Paoli : Le Printemps des poètes
ANGÈLE PAOLI
Angèle Paoli traductrice de Luigia Sorrentino
PORTRAIT
Les chemins de traverse d’Angèle Paoli

« 5 décembre 1932 | Naissance de Jacques Roubaud | Accueil | Hélène Sanguinetti | De quel pays êtes-vous ? »

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Edith

Jean Genet avait écrit : "Leur beauté - des sculptures de Giacometti - me parait tenir dans cet incessant ininterrompu va-et-vient de la distance la plus extrême à la plus proche familiarité : ce va-et-vient n'en finit pas et c'est de cette façon qu'on peut dire qu'elles sont en mouvement."
Il semblerait à te lire Angèle que le mouvement soit toujours là.

Viviane

Oh cet article me comble...
j'ai souvenir à Madrid d'une expo sensationnelle il y a bien 20 ans de cela, qui mettait en abyme Giacometti et Botero. Elle commençait à la plaza Mayor, de part et d'autre de la Gran Via, était exposée des statues de chacun d'eux, la taille allait décroissant au fur et à mesure que nous approchions du lieu de l'expo, el palacio del infant (je crois, c'est loin tout ça) et entrant elle continuait de décroître jusqu'à ces miniatures extraordinaires que tu écris si bien. Mille mercis d'avoir fait revivre ce souvenir lointain.

sancho

"Qu’ont-ils à nous confier, ces géants silencieux qui traversent l’espace à notre rencontre ?" Vous avez commencé à répondre.

alfred


Très beau livre que le livre de Genet sur Giacometti, publié aussi en Italie avec d'autres textes.

a.

Angèle Paoli


Oui, je suis bien d'accord avec vous, L'Atelier d'Alberto Giacometti de Jean Genet est un très beau texte, très émouvant. Je ne me lasse pas de le lire et relire.

Par exemple, ce passage:

"Afin de mieux apprivoiser l'oeuvre d'art,j'utilise d'habitude un truc : je me mets, un peu artificiellement, en état de naïveté, je parle d'elle - et je lui parle aussi, sur le ton le plus quotidien, je bêtifie même un peu. D'abord je m'approche. Je vous parle des oeuvres les plus nobles, - et je m'efforce de me faire plus naïf et plus maladroit que je ne le suis. J'essaie ainsi de me défaire de ma timidité.
"Ce que c'est rigolo...c'est rouge...c'est du rouge...et ça du bleu... et la peinture on dirait de la boue..."
L'oeuvre perd un peu de sa solennité. Par le moyen d'une familière reconnaissance je m'approche doucement de son secret... Avec l'oeuvre de Giacometti rien à faire. Elle est déjà trop loin. Impossible de feindre une gentille connerie. Sévère elle m'ordonne de rejoindre ce point solitaire d'où elle doit être perçue."
Jean Genet, L'Atelier d'Alberto Giacometti, Editions Gallimard, 2007, s.f.

Mth P


En passant… Giacometti par Juliet (Pour mémoire).


Angèle Paoli


Oui, Mth, merci. Il y a aussi, Giacometti La rue d'un seul, de Tahar Ben Jelloun. Très beau.
Je ne résiste pas au désir de mettre ici un extrait de cet ouvrage, que j'aime beaucoup.

« Il existe dans la médina de Fès une rue si étroite qu'on l'appelle "la rue d'un seul". Elle est la ligne d'entrée du labyrinthe, longue et sombre. Les murs des maisons ont l'air de se toucher vers le haut.On peut passer d'une terrasse à l'autre sans effort [...]
En observant les statues de Giacometti, j'ai su qu'elles ont été faites, minces et longues, pour traverser cette rue et même pour s'y croiser sans peine. Il me semble même les avoir rencontrées, alors, enfant [...]
Cette rue qui me faisait peur cessait d'être une anomalie, donnant de l'espace aux statues en perpétuel mouvement. Le mieux, c'était de les observer d'en haut, de la terrasse. Je voyais des têtes , si petites -  têtes d'épingle - déambuler sur des jambes si fines et je m'amusais, sans comprendre comment le bronze pouvait transporter de la vie, la vie dans le regard, la vie dans une simplicité riche, c'est-à-dire complexe.
     Où allaient-elles? Qui les entraînait dans cette médina vieille et fatiguée? Qui les mettait sur le chemin du labyrinthe secoué par des fréquentes crises d'asthme?
     Giacometti n'y était pour rien. Je ne sais même pas si ce natif du petit village suisse de Stampa s'était un jour aventuré à Fès... »

Tahar Ben Jelloun,Giacometti La rue d'un seul, Gallimard, 2006, pp.9-10.

Guidu

Si proches bien qu’à distance
Les êtres qu’il façonnait
Avaient beau n’habiter aucun lieu,
Ils étaient les habitants inexpugnables
De leur fixité sans racines.

Michel Leiris, Pierres pour un Alberto Giacometti,L’ECHOPPE, 1991, p.45.

Amicizia
Guidu___

bompart muriel


Le fantôme de ce que nous fûmes

Le fantôme de ce que nous fûmes
marche droit dans mes rêves
tel un Giacometti
sec
noble
inaltérable

il marche voluptueux
volutes de nous deux
héraldique
il se poste
au seuil de ce musée
ce mausolée de nos amours


Sur le Pont Mirabeau
Muriel Bo
ou en bord de Garonne...alone
au loin
la Catalogne...Cat alone

Mi-cendre, mi-phénix
sésame désenchanté
Ses jambes et ses bras
s'étirent comme un chat
Ses orbites crevées ou creusées
et pourtant il nous fixe


amants immobiles
imperméables aux mues
éperdus dépassionnés en apparence
Son coeur bat la chamade
danse macabre et calendaire
Métronome innommable

Et soudain
par la chemise blanche entrebâillée
Elle entrevoit une vigne,
un ciel, une myriade de possibilités
un talisman à son cou longiligne
une cascade de caresses momifiées

Pompéi mon Amour
que reste-t-il de nous ?



Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Angèle Paoli auteure
Angèle Paoli auteure, responsable de la rédaction de la revue Terres de femmes fondée en 2004 , était aussi membre du jury du Prix de poésie Léon-Gabriel Gros (revue Phœnix) pour l'année 2013. Elle a été invitée en tant que poète au 17e Festival de poésie «Voix de la Méditerranée» de Lodève en juillet 2014 et également poète invitée de « Ritratti di Poesia-Fondazione Roma » en 2016.

Répertoire par numéros de revue



  • Pour accéder au répertoire, CLIQUER




Lectures
Les lectures d'Angèle Paoli de 2004 à 2021

Anthologie poétique
Terres de femmes 2021

 ? Faire défiler les 116 poèmes
116 FEMMES POÈTES
Angèle Paoli à Canari  Cap Corse
Angèle Paoli à Canari, Cap Corse
Angèle Paoli By G.AdC
Angèle en aquatinte
YVES THOMAS
Yves Thomas mon éditeur
SILENCE-CAP-CORSE
- Laisses de mer -

Les Noir et Blanc de Guidu

  • Guidu, ses Noir et Blanc
    http://guidu-antonietti.com/
  • Guidu: Noir et Blanc


Site sélectionné

Paperblog
TDF SUR PAPER BLOG
France inter logo _Fotor
Angèle Paoli sur France Inter
1086675703_f
TDF SECRETS DE FABRICATION

ISSN 2550-9977

69311174_e8860f440e
IDENTIFICATION de l’ISSN
1164624647_f
Comment Angèle Paoli réussit-elle à captiver l’attention du passant “électronisé” ?
JEU DE PLIS jpeg
Jeux de plis ?

janvier 2023

lun. mar. mer. jeu. ven. sam. dim.
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31          




Retour à l'accueil