« Il y a là | Accueil | Giorgio Manganelli | Scrivi, scrivi »

04 novembre 2007

Commentaires

Cet article est un enchantement, Gabriel Fauré qui est l'un des compositeurs inséparables de mon existence
et les Berceaux, mélodie sans pathos, poignante
quel plaisir que de retrouver ces interprétations entre lesquelles se détachent - pour moi - Souzay, Gens et Van Veen. Un cadeau du matin, Angèle, merci à votre équipe...

La mélodie: chant du cygne de la langue française raffinée!

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.