« 23 octobre 1981 | Reprise à l'Athénée de La Bête dans la jungle | Accueil | Hommage à Frédéric Benrath au Musée des Beaux-Arts de Lyon »

24 octobre 2007

Commentaires

Merci pour ce magnifique voyage dans cette belle Corse berceau de mes origines paternelles.
Il ne manque plus que l'odeur du maquis!!!

agréable de te suivre - mais à Vizzavona, envie de m'installer à l'hôtel et de voir les randonneurs arriver un rien défaits, et bien sûr de les réconforter en goutant ma non-fatigue (souvenir des souvenirs de vacances familiales)

Chère brigetoun, le Grand Hôtel de la Forêt (vestige d'un passé de "luxe, de calme et de volupté") qu'évoque avec nostalgie Angèle (hôtel où séjournèrent notamment http://terresdefemmes.blogs.com/mon_weblog/2007/08/6-aot-1923andr-.html>Gide en 1923 et, peut-être, http://scripteur.typepad.com/du_texte_clos/2005/01/vizzavona_jeudi.html>Sherlock Holmes, si l'on en croit du moins Ugo Pandolfi) n'est plus en fait qu'une vieille bâtisse abandonnée pour des raisons d'indivis. Les touristes se rabattent aujourd'hui sur l'hôtel I Larici ou sur le Monte d'Oro, plus modeste, mais qui remonte tout de même à 1880. Le Grand Hôtel de la Forêt fut édifié, lui, en 1893. Il était rattaché au Grand Hôtel d'Ajaccio. Comme le signale le catalogue La Corse et le Tourisme 1755-1960 de l'exposition qui s'est tenue en 2006 au Musée de la Corse à Corte, ce fut le "premier hôtel [en Corse] éclairé à l'électricité. Il était réputé pour la qualité de son confort, ses bals, ses somptueuses réceptions, son court de tennis -le premier en Corse -, ses crèmes glacées" (éditions Albiana, 2006, p. 188).

Combien de temps, Anghjula, je ne t'entends plus !

Da il primo maggio, Blumy cara. Vengo in Italia la prossima settimana e ti scrivo.

La Corse... havre de paix entre mer et montagne.
Souvenirs.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.