« Troisième concours international de chant lyrique de Canari (Haute-Corse) | Accueil | 30 août 1929 | Naissance de François Cheng »

29 août 2007

Commentaires

E tu, Italia, un giorno, in ginocchio,
Ho baciato con venerazione il tuo suolo tiepido, lo sai;
O regione del Cielo (non sei tu fatta d’azzurro, d’argento e di zaffiro ?)
Regione del Cielo, incatenata
In mezzo ai flutti che, per l’esiliata,
Si mutano in altro Cielo;
O incatenata dalle Nereidi, al pari di Andromeda,
Qui, di nuovo, col pensiero,
Bacio con sacro orrore il tuo ventre
E i tuoi bei fianchi fecondati dagli dèi...

(Valery Larbaud, Le Poesie di A. O. Barnabooth, Einaudi, 1982)

Grazie a te, caro Alfred, di propormi "en partage" questo grande e bell'omaggio all'Italia. Una lirica appassionata di Valery Larbaud.

Je donne ci-dessous le texte original pour les non-italianistes :

« Et toi, Italie, un jour, à genoux,
J’ai baisé pieusement la terre tiède, tu le sais ;
O région du Ciel (n’es-tu pas de saphir, d’azur et d’argent ?)
Région du Ciel, enchaînée
Au milieu des flots qui se font, pour l’exilée
Pareils à un autre Ciel ;
O enchaînée par les Néréides, comme Andromède,
En pensée, d’ici, encore une fois,
Je baise avec une horreur sacrée ton ventre
Et tes beaux flancs fécondés par les dieux … »

Valery Larbaud, A.O.Barnabooth, Poésies, Bibliothèque de la Pléiade, Éditions Gallimard, 1958, p. 79.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.