https://terresdefemmes.blogs.com/.a/6a00d8345167db69e2026bdeb2246c200c-popup 27 juillet 1910 | Naissance de Julien Gracq - Terres de femmes
Ma Photo

Prix de la critique poétique Aristote 2013

Blog powered by Typepad
Membre depuis 12/2004
BIBILIOTHEQUE
___ Index des auteurs cités

Italies Fabulae




  • Italies-fabulae-Paoli



    Angèle Paoli, Italies Fabulae
    Éditions Al Manar, 2017.



Solitude des seuils
Solitude des seuils



De l’autre côté

Le Lion des Abruzzes
chez Cousu Main






Arbre bruyère
L'arbre bruyère, avec Stéphane Causse





Rouges de Chine




  • ROUGES DE CHINE => PAGE D'ACCUEIL






Éclats d’éclats




  • Éclats d’éclats



MURALE 1
Murales
Noir écrin
Noir écrin
Corse Carnets Nomades(1)
Manfarinu l'ane de Noël(1)
Murales
Le tour de Corse à la voile 150
Le tour de Corse à la voile
Les topiques d'Angèle Paoli
___ Index de mes topiques
Bleu _Fotor
_____ Anthologie du bleu
BNF lettrage
Angèle Paoli / Data Bnf
6a00d8345167db69e2010534cb4443970b-800wi
Angèle Paoli / Zilbal -donna
LES PLANCHES COURBES YVES BONNEFOY
Lecture des - Planches courbes - d'Yves Bonnefoy

« 26 juillet 1857 | George Sand, Promenades autour d’un village | Accueil | 28 juillet 1916 | Lettre de Sibilla Aleramo à Dino Campana »

27 juillet 2007

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.


Je suis toujours surprise lorsque je lis des textes sur Julien Gracq que peu s'attardent sur son oeuvre fragmentée, la plus belle à mes yeux, bien plus que ses romans. Baladez-vous dans Les Eaux étroites, La Forme d'une ville, En lisant en écrivant, ses différentes Lettrines ou son merveilleux Carnets du grand chemin. Vous verrez, peut-être, que vous partagerez mon humble avis.
Bien à vous,
Pascale


Les plus grands textes, Pascale, mais aussi les plus faibles, comme Autour des sept collines, où, dans sa volonté un peu trop appuyée de démythifier, Julien Gracq fait dans le même temps la démonstration des limites de son regard.

Pour ma part, je tiens l'oeuvre de Gracq pour un tout, mon texte préféré restant depuis toujours une nouvelle tirée de La Presqu'île : "Le Roi Cophetua".

Je ne partage pas votre avis, Yves, mais je le respecte.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.