« Ô ter abcède de Martin Ziegler, par Déborah Heissler | Accueil | 18 juillet 1900 | Naissance de Nathalie Sarraute »

02 juillet 2007

Commentaires

que j'aime quand Stendhal raconte, même si, comme dans les promenades dans Rome, il fabule

J'étais à Naples ce printemps, et point de signe de cette jettatura que mentionne mon cher Stendhal. Ce n'est pas à dire qu'on n'y croit plus ou qu'elle est irréelle. J'ai trouvé néanmoins qu'on adorait deux choses à Naples : la Madonna et… Maradona. Merveilleux séjour au demeurant, et avec le plaisir particulier de loger à Spaccanapoli, guère loin du reste d'une certaine… via Stendhal.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.