« 21, Le Tour de Corse à la voile, 21 | Accueil | 22 juin 1984 | Mort de Joseph Losey »

21 juin 2007

Commentaires

Emouvant...

Chère Angèle

Je vois dans ce poème comme un symbole de notre rencontre si intense du 19 juin, de notre conversation concernant cette part inévitable de nos vies qui sont aussi des chemins : " le vie in obbedienza al destino".

Nicole


Un éclairage novateur qui ouvre sur une philosophie de la vie, sur l'acceptation de l'autre, quand les chemins divergent.
Enfin la vision de l'adieu qui n'est pas une défaite, ni une mort sans appel ! Tout en subtilité et d'une grande lucidité.
El duende


La sobriété de l'expression révèle l'intensité de la méditation.
La rencontre et l'adieu se joignent en une vision douce et harmonieuse.
Ce court poème est un nectar sublime.
André


Superbe texte de Margherita Guidacci. Poignant, poignant au plus profond. Du vif argent sombre...

D'un poème à l'autre s'ouvrent des chemins de lecture, des croisées de rencontre. Je suis heureuse que l'adresse de Margherita Guidacci au peintre Matthias Grünewald conduise mes ami(e)s jusqu'au lieu de rencontre, intense, de ce très beau poème qui prend notre émotion au dépourvu.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.