https://terresdefemmes.blogs.com/.a/6a00d8345167db69e2026bdeb2246c200c-popup Lézards-Murr - Terres de femmes
Ma Photo

Prix de la critique poétique Aristote 2013

Blog powered by Typepad
Membre depuis 12/2004
BIBILIOTHEQUE
Index des auteurs cités
AMELIA-ROSSELLI-
Éphéméride culturelle
NOAILLES
L'instant Noailles
PATINIR
Le dernier rêve de Patinir

Italies Fabulae




  • Italies-fabulae-Paoli



    Angèle Paoli, Italies Fabulae
    Éditions Al Manar, 2017.



Solitude des seuils
Solitude des seuils



De l’autre côté

Le Lion des Abruzzes
chez Cousu Main






Arbre bruyère
L'arbre bruyère, avec Stéphane Causse





Rouges de Chine




  • ROUGES DE CHINE => PAGE D'ACCUEIL






Éclats d’éclats




  • Éclats d’éclats



MURALE 1
Murales
Mazzeri
Mazzeri
Noir écrin
Noir écrin
Manfarinu l'ane de Noël(1)
Manfarinu l'âne de Noël
Le tour de Corse à la voile 150
Le tour de Corse à la voile
CANARI
Santa Maria Assunta de Canari
Les topiques d'Angèle Paoli
Index de mes topiques
BNF lettrage
Angèle Paoli / Data Bnf
6a00d8345167db69e2010534cb4443970b-800wi
Angèle Paoli / Zilbal -donna
LES PLANCHES COURBES YVES BONNEFOY
Lecture des - Planches courbes - d'Yves Bonnefoy
Bleu _Fotor
Anthologie du bleu

« Michel Deguy | ô folle déclaration d’amour | Accueil | 7 juin 1952 | Naissance de Orhan Pamuk »

07 juin 2007

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

"Sous le pont Mirabeau coule la Seine
Et nos amours
Faut-il qu'il m'en souvienne
La joie venait toujours après la peine

Vienne la nuit sonne l'heure
Les jours s'en vont je demeure"

Apollinaire aussi ... et cette fameuse passerelle Simone-de-Beauvoir avec toi maintenant ... écrire avec son temps lol, chère Angèle.

Certo, si, cher Alessandro. Je me souviens de m'être rendue tout exprès au Pont Mirabeau et en avoir été très déçue. Fort heureusement pour moi, mes facultés d'oubli sont exceptionnelles et je ne garde vraiment en mémoire que ces très beaux vers d'Apollinaire que je me récite régulièrement à part moi, sans crainte de les perdre.

Merci, très chère Angèle, pour votre clin d’œil félin à Ernst Theodor Amadeus Hoffmann. Comme lui, il me semble, vous nous livrez, derrière vos allusions, un autoportrait à double et triple sens pour dire votre indicible je … celui qui se révèle dans vos siestes blanches probablement mauves… Du grand Art !

Amicizia
Guidu ____

Ps : pardonnez-moi, c'est que j’ai lu votre Lézards-Murr au singulier.

« Qui, mieux qu’un lézard amoureux,
Peut dire les secrets terrestres ? »

René Char, Complainte du lézard amoureux, in La Sieste blanche, Les Matinaux, Œuvres complètes, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, page 294.

=> Miró, Llanto del lagarto enamorado, 1948.

Bella prova Angèle ; assaporato la tua prosa, anche se non tutto comprensibile per me, trop longtemps loin du français. Ce que j’ai aimé par-dessus tout :

"Répondre à l'appel des parfums du dernier printemps, vérifier que l'espace d'ici est toujours le même
soleil lumière calme diffuse douce
Le temps me fauche en plein désir
Immobilité du temps imprenable dans le même espace
l'espace immuable champ d'air illimité à l'abri du comptage des hommes le temps ne compte plus qui se dissout dans la lumière."

=> Guidu : Et en illustration de couverture du Chat Murr de Hoffmann, Caspar David Friedrich !

Et, pour aller plus loin, ce court extrait des Mémoires du chat Murr :
" Mais il y eut une autre difficulté dans la manière de plonger la plume dans l'encrier. Je ne parvenais point à protéger ma patte qui trempait toujours dans l'encre, et mes premiers traits d'écriture, tracés avec la patte autant qu'avec la plume, ne manquèrent pas d'être un peu épais. Des gens mal informés pourraient ainsi voir dans mes manuscrits du papier taché d'encre. Mais les génies devineront sans peine le matou génial dans ses premières oeuvres; ils s'étonneront, que dis-je! ils perdront leur sang-froid devant la profondeur, la plénitude de l'esprit, lorsqu'ils verront les premiers jaillissements d'une source féconde. Afin qu'un jour le monde n'aille pas se disputer sur la chronologie de mes immortels ouvrages, je dirai ici que j'écrivis d'abord le roman philosophico-didactico-sentimental intitulé: Pensée et pressentiment ou chat et chien."
Hoffmann, Le Chat Murr, traduit de l'allemand par Albert Béguin, Editions Gallimard, 1943. Cité dans Le Goût des chats, Mercure de France, p. 66.

Mannequins de Paris___
de
Leonard Cohen

Les mannequins se changeaient
pour une autre photo.
J'ai vu le sexe de l'une
et les seins d'une autre.
On colla un ballon
au doigt d'une femme
et on mit en route
la soufflerie.
Les robes devinrent vivantes
et des accidents resplendissants
de cheveux et d'ombres
encadrèrent leurs visages solennels.
Le miracle du ballon
qui grignotait le bout d'un doigt,
pendant que la tempête
emportait leurs corps,
était très convaincant.
Puis on apporta le repas chinois,
et les mannequins s'attroupèrent
enroulés dans des serviettes,
et portant des assiettes en carton.
Chacun était heureux
que la magie de la féminité
ait de nouveau marché.
Elles pouvaient se reposer un peu
sur la grande vague,
sur la crête même
de la confiance et de l'aisance.
J'étais heureux moi aussi.
Je me sentais privilégié
d'avoir assisté à une cérémonie
généralement réservée aux professionnels.

Paris, 1987

Amizia
Guidu___

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.