« 19, Le Tour de Corse à la voile, 19 | Accueil | 13 mai 1942 | Le Figaro dénonce le phénomène «Zazou» »

13 mai 2007

Commentaires

Les figues, l’été

« Je veux les fruits
sur le figuier »
mais il faudra attendre
la fin de l’été
et la maturation
d’un autre messager
de ses autres messages
à un âge
où l’été a passé
sur nos peaux
et sur la courbe de nos pieds.
Il faudra parcourir
mille pages, au moins,
et les monts de Sicile,
la courbe de nos reins
et l’ombre de nos cils
et lorsque tout sera plein
prêt d’imploser
tu pourras cueillir
sur la pointe des pieds
les fruits du figuier
à la fin de l’été.

René Char m'accompagne depuis quelques décennies. Il reste cependant parfois si fermé que je désespère…
Il est de ces êtres profonds, toujours très présents, qui nous traversent et laissent des traces multiples de leur passage. Des questionnements, des fulgurances sublimes. Sa lecture nous convie à abandonner nos mots-dépouilles, à suivre une parole envolée que rien ne peut asphyxier. Surtout pas la disparition de leur auteur.

"Rien ne m'obsède que la vie "

Emilie:
Je me souviens de la blondeur « spigolosa » des terres de Sicile. La paume de ma main épouse les courbes douces dorées par l’été. Le regard caresse à perte de vue les vallonnements que quelques eucalyptus à peine viennent ombrager, de loin en loin. De loin en loin aussi, le moutonnement paisible d’un troupeau. Soudain un nid d’aigle. Un village fondu dans la rocaille, tenu en suspens entre ciel et terre, sur les cils d’un ravin.

Nobody: Je me demande parfois si l'hermétisme n'est pas la garante de la poésie. Résistance, résistance.
J'ouvre Char au hasard et je tombe sur ce texte des Feuillets d'Hypnos (222), dans Fureur et mystère. Le voici:

"Ma renarde, pose ta tête sur mes genoux. Je ne suis pas heureux et pourtant tu suffis. Bougeoir ou météore, il n'est plus de coeur gros ni d'avenir sur terre. Les marches du crépuscule révèlent ton murmure, gîte de menthe et de romarin, confidence échangée entre les rousseurs de l'automne et ta robe légère. Tu es l'âme de la montagne aux flancs profonds, aux roches tues derrière des lèvres d'argile. Que les ailes de ton nez frémissent. Que ta main ferme le sentier et rapproche le rideau des arbres. Ma renarde, en présence des deux astres, le gel et le vent, je place en toi toutes les espérances éboulées, pour un chardon victorieux de la rapace solitude."
René Char, Feuillets d'Hypnos (222) in Fureur et mystère, Editions Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, 1983, p. 229.

Je ne savais pas que le figuier faisait partie de vos T(r)opiques, Angèle! Je le découvre maintenant, au coeur d’une longue liste, en même temps que la Madonna del Parto, la figure qui, selon moi, représente la féminité totale, incarnée en même temps que spirituelle: femme-mère, femme-amante, femme-sainte, femme-femme, enfin!

Monterchi, Monterchi, près du sépulcre saint…


Je me souviens de demain

Je me rappelle
Dans l’avenir
De ces deux mains

J’en avertis le souvenir
Qui s’assouplit
Dans le creux du ravin

Je me souviens de demain
Et je vois le troupeau
Futur
Et le nid d’aigle
Qui moutonne

Au début de l'automne

Je l’aurai vu !
Je l’avais su !

O, souvenir
Du devenir
Chant
Pur
Et à perte de vue

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.