https://terresdefemmes.blogs.com/.a/6a00d8345167db69e2026bdeb2246c200c-popup 3 mai 1925 | Première parution de Zig et Puce d’Alain Saint-Ogan - Terres de femmes
Ma Photo

Prix de la critique poétique Aristote 2013

Blog powered by Typepad
Membre depuis 12/2004
BIBILIOTHEQUE
Index des auteurs cités
AMELIA-ROSSELLI-
Éphéméride culturelle
NOAILLES
L'instant Noailles
PATINIR
Le dernier rêve de Patinir

Italies Fabulae




  • Italies-fabulae-Paoli



    Angèle Paoli, Italies Fabulae
    Éditions Al Manar, 2017.



Solitude des seuils
Solitude des seuils



De l’autre côté

Le Lion des Abruzzes
chez Cousu Main






Arbre bruyère
L'arbre bruyère, avec Stéphane Causse





Rouges de Chine




  • ROUGES DE CHINE => PAGE D'ACCUEIL






Éclats d’éclats




  • Éclats d’éclats



MURALE 1
Murales
Mazzeri
Mazzeri
Noir écrin
Noir écrin
Manfarinu l'ane de Noël(1)
Manfarinu l'âne de Noël
Le tour de Corse à la voile 150
Le tour de Corse à la voile
CANARI
Santa Maria Assunta de Canari
Les topiques d'Angèle Paoli
Index de mes topiques
BNF lettrage
Angèle Paoli / Data Bnf
6a00d8345167db69e2010534cb4443970b-800wi
Angèle Paoli / Zilbal -donna
LES PLANCHES COURBES YVES BONNEFOY
Lecture des - Planches courbes - d'Yves Bonnefoy
Bleu _Fotor
Anthologie du bleu

« 2 mai 1940 | Ouverture de la saison des Ballets russes | Accueil | Fernando Pessoa | Sous un ciel bas et sombre »

03 mai 2007

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Elle (une autre) a découvert Zig et Puce, assise dans le verger de son ami. Elle ne savait pas lire encore, elle avait moins de cinq ans. Aussi, Lui, fier de sa science lui lisait des pages entières, ne s'arrêtant que pour commenter les images, retenir son attention qui fôlatrait.
Il avait un peu plus de 7 ans. Elle se serrait tout contre lui pour mieux voir la revue. Il l'émerveillait, il était si beau. C'était son premier amour. Il est resté longtemps l'unique. Il était celui qui expliquait les devoirs de mathématiques ou de science... celui qui l'aidait à monter le mécano ou qui la laissait gagner aux billes...

Génial, nobody, je suis émue aux larmes! Qui sait, peut-être nos imaginations se sont-elles déjà rencontrées, sans que nous le sachions!
Quel bel apprentissage amoureux, mécano et billes! Merci, amie.

Soit dit en plaisantant, tu aurais pu immortaliser Madame Roussel - son nom est à lui seul un programme - dans ton texte sur la bande dessinée et les bonbons de la rue Jules Gontard ! C'eût été lui rendre justice ! Vive Bicot Bicotin, il fait partie de notre patrimoine personnel, culturel, familial et - par les temps qui courent n'ayons pas peur des mots ni des tentatives de récupération - national... C'est vrai que des traîtrises d'un Gaston Panouille au trou noir du garage d'en face il y avait de quoi faire frissonner des petites élevées dans le respect de la comtesse de Ségur... Et, à propos de Madame Roussel, te souvient-il de Farfouillette ? Ne mérite-t-elle pas un petit "pas de deux" ici ? N'a-t-elle pas contribué à notre construction? Ce billet pour te dire que j'ai savouré le tien et que je n'ai pas oublié non plus le très beau titre du roman dont tu parles : Marthe ou les amants tristes ...

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.