« Jaufré Rudel | Un amour de loin | Accueil | Pierre-Albert Jourdan | Les nuages parfois s’enlisent »

08 avril 2007

Commentaires

Sans être étranger dans mon état, dans mon coeur j'erre clandestin au monde, et oui, en lisant ceci, l'envie et le rapprochement se fait, je vais lire un peu plus de Cioran. Merci.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.