« Cecilia la «sans-visage» | Accueil | 14 mars 1764 | Lettre de Madame du Deffand à Voltaire »

13 mars 2007

Commentaires


Ton texte me subjugue jusqu'aux larmes, cara, pour la force de vie aimantée qu'il recèle et décèle. Merci à Guidu pour ce portrait de feu. Un des plus embrasés et des plus éclairés qu'il ait faits de toi.

Je ne sais pourquoi, mais un poème de Lucie Santucci m'évoque un même parcours circumbulatoire: l'ascension spiralée-verticale pour la Ziggourat de Babel devenant alors enroulement/déroulement sur un sol plane avec notre Granitula... Etrange rapprochement... Je dois trop - c'est à dire : trop mal -lire les anthropologues !


"Marcher, poème de Lucie Santucci

Traduction française de F.M.Durazzo.

Un seul souci... marcher...

Dans le noir... marcher...
Dans la nuit
épaisse de la voûte fraîche l'enclume son
métallique approche. Marcher...
La procession s'enroule en pelote, et doucement
l'air se raréfie, la voix de fer s'alourdit: le marteau
frappe et résonne et gémit.

Un seul souci...marcher...
On débouche : aire faite d'yeux.
Yeux aveugles, yeux sillus, yeux clos, yeux diaphanes
Yeux éteints, yeux écarquillés, yeux sources trompés par les miracles de l'humain.

Un seul souci...marcher...
Aire faite de bouches.
Bouche qui rit, bouche qui crie, bouche qui aboie
Bouche muette
Bouche ouverte, puits profond où se noie la parole.

La route des aires court : aire faite de mains.
Mains tendues, mains ouvertes, mains feuilles,
mains désirs, mains nées du toucher
de la terre-mère.

Un seul souci...marcher...

La route des aires se répand : soudain
s'exhalent des milliers de parfum.
L'aire des sens : ultime plaine.
Parfums du vent vivant du vouloir, vertes passerelles
pour enivrer le souffle des légendes ballerines

Marcher...
Le martèlement de la voûte
renaît...
La procession tourne et revient...
Sortir... Sortir...

Dans le cerveau de l'homme s'achève le songe étrange du voyage."

Merci très cher Ivucciu !

Ce portrait n’est pas un instantané. Je l’ai retravaillé pour qu’en souvenir du moment où je l’ai capté, dans la lumière de Canari en août 2006, je puisse dire à Anghjula du mieux qu’il soit possible, avec admiration, et en tout bien tout honneur comme on le dirait à quelqu’un qui vous ensorcelle par sa "Colza lumière" :

_________________________

Je t’attendais ___

Je t'attendais ainsi qu'on attend les navires
Dans les années de sécheresse quand le blé
Ne monte pas plus haut qu'une oreille dans l'herbe
Qui écoute apeurée la grande voix du temps
Je t'attendais et tous les quais toutes les routes
Ont retenti du pas brûlant qui s'en allait
Vers toi que je portais déjà sur mes épaules
Comme une douce pluie qui ne sèche jamais
Tu ne remuais encore que par quelques paupières
Quelques pattes d'oiseaux dans les vitres gelées
Je ne voyais en toi que cette solitude
Qui posait ses deux mains de feuille sur mon cou
Et pourtant c'était toi dans le clair de ma vie
Ce grand tapage matinal qui m'éveillait
Tous mes oiseaux tous mes vaisseaux tous mes pays
Ces astres ces millions d'astres qui se levaient
Ah que tu parlais bien quand toutes les fenêtres
Pétillaient dans le soir ainsi qu'un vin nouveau
Quand les portes s'ouvraient sur des villes légères
Où nous allions tous deux enlacés par les rues
Tu venais de si loin derrière ton visage
Que je ne savais plus à chaque battement
Si mon cœur durerait jusqu'au temps de toi-même
Où tu serais en moi plus forte que mon sang.

René Guy Cadou___
In Hélène ou le règne végétal, Seghers, 1952.
_________________________

Amicizia
Guidu ____

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.