https://terresdefemmes.blogs.com/.a/6a00d8345167db69e2026bdeb2246c200c-popup Jean Gabriel Cosculluela | À l’écart d’oubli - Terres de femmes
Ma Photo

Prix de la critique poétique Aristote 2013

Blog powered by Typepad
Membre depuis 12/2004
BIBILIOTHEQUE
___ Index des auteurs cités

Italies Fabulae




  • Italies-fabulae-Paoli



    Angèle Paoli, Italies Fabulae
    Éditions Al Manar, 2017.



Solitude des seuils
Solitude des seuils



De l’autre côté

Le Lion des Abruzzes
chez Cousu Main






Arbre bruyère
L'arbre bruyère, avec Stéphane Causse





Rouges de Chine




  • ROUGES DE CHINE => PAGE D'ACCUEIL






Éclats d’éclats




  • Éclats d’éclats



MURALE 1
Murales
Noir écrin
Noir écrin
Corse Carnets Nomades(1)
Manfarinu l'ane de Noël(1)
Murales
Le tour de Corse à la voile 150
Le tour de Corse à la voile
Les topiques d'Angèle Paoli
___ Index de mes topiques
Bleu _Fotor
_____ Anthologie du bleu
BNF lettrage
Angèle Paoli / Data Bnf
6a00d8345167db69e2010534cb4443970b-800wi
Angèle Paoli / Zilbal -donna
LES PLANCHES COURBES YVES BONNEFOY
Lecture des - Planches courbes - d'Yves Bonnefoy

« 24 février 1925 | Jean Giono, Naissance de l’Odyssée | Accueil | Roberto Veracini | La Città-Nave »

25 février 2007

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.


Assis à l’ombre torturée d’un
chêne-liège, tombent le pollen,
les bois morts, les feuilles, les fourmis,
et les vers que j’aligne. Pensées
légères. Un couple de geais se pose
fracasse le lamento des branches,
abandonne trois pennes à l’humeur
de la brise. Orties en mains, perdu,
je blesse mon poème. Sans taire.

la poésie ne se comprend pas tant que la vie ne s'est pas concentrée dans le dernier compartiment de la satisfaction de se voir reconnu dans l'arbre de la connaissance

=>Cher Jean-François, vos poèmes sont parfois assez cousins des miens, dans leur tonalité et la voix des images. Il y a parenté certaine.

=>Bonjour, Sylvain et bienvenue. Je ne suis pas sûre de comprendre ce que vous voulez dire. Pour moi, "comprendre" c'est "prendre-avec" et "connaître", c'est "naître avec". S'il n'y a pas concomitance, il ne peut y avoir poésie.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.