https://terresdefemmes.blogs.com/.a/6a00d8345167db69e2026bdeb2246c200c-popup Ludovic Janvier | Sous ton cri - Terres de femmes
Ma Photo

Prix de la critique poétique Aristote 2013

Blog powered by Typepad
Membre depuis 12/2004
BIBILIOTHEQUE
___ Index des auteurs cités

Italies Fabulae




  • Italies-fabulae-Paoli



    Angèle Paoli, Italies Fabulae
    Éditions Al Manar, 2017.



Solitude des seuils
Solitude des seuils



De l’autre côté

Le Lion des Abruzzes
chez Cousu Main






Arbre bruyère
L'arbre bruyère, avec Stéphane Causse





Rouges de Chine




  • ROUGES DE CHINE => PAGE D'ACCUEIL






Éclats d’éclats




  • Éclats d’éclats



MURALE 1
Murales
Noir écrin
Noir écrin
Corse Carnets Nomades(1)
Manfarinu l'ane de Noël(1)
Murales
Le tour de Corse à la voile 150
Le tour de Corse à la voile
Les topiques d'Angèle Paoli
___ Index de mes topiques
Bleu _Fotor
_____ Anthologie du bleu
BNF lettrage
Angèle Paoli / Data Bnf
6a00d8345167db69e2010534cb4443970b-800wi
Angèle Paoli / Zilbal -donna
LES PLANCHES COURBES YVES BONNEFOY
Lecture des - Planches courbes - d'Yves Bonnefoy

« 16 janvier 1947 | Naissance de Juliet Berto | Accueil | T'as fini de le remugler ton plugle ? »

17 janvier 2007

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Flap ... petit dépot ...

Matin .......

*

Que ne chantent mes mots bercés de suffisance
Un air de ritournelle qui se veut lancinante
A la lueur de l’aube qui s’attache à tes pas
Au goût de tes baisers qui m’ont laissé si las

Le souffle des murmures déposés en offrande
Au lit concupiscent de sueur maculé
D’une saveur de sel qui me vient de Guérande
Se fige sur ma peau de draps tout chamboulés

Tu passes comme une ombre, ta nudité m’échappe
Je gis le cœur tambour de griffures marqué
Perdu aux sentiments qui deviennent écarlates
En esclave rapace, en proie abandonnée

Que ne chantent mes mots avec tant d’insistance
Des caresses subtiles de l’amour dévoilé
Par des mains qui s’agitent en un jeu d’arrogance
Au rêve d’une vie qui se veut partagée

*

busard

Ah, busard, je suis bien aise de vous croiser dans vos vols somptueux. Je ne risquerai pas cependant à rivaliser avec vos vers chantournés avec art. Je suis bien trop farouche pour m'élancer ici en d'écarlates pâmoisons. Ne m'en veuillez pas trop !

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.