« Nancy Huston, Lignes de faille | Accueil | PoéZie du Kotidien »

20 janvier 2007

Commentaires

Roussel a participé au financement de la mission Dakar-Djibouti à laquelle prit part Leiris. (C'est amusant de voir qu'ils voisinent presque ici aussi).
Roussel a lui-même expliqué son procédé dans Comment j'ai écrit certains de mes livres. Je trouve la fin de cet ouvrage très poignante, aussi, je me permets de la citer :

"En terminant cet ouvrage je reviens sur le sentiment douloureux que j'éprouvai toujours en voyant mes oeuvres se heurter à une incompréhension hostile presque générale.
(Il ne fallut pas moins de vingt-deux ans pour épuiser la première édition d' Impressions d'Afrique.)
Je ne connus vraiment la sensation du succès que lorsque je chantais en m'accompagnant au piano et surtout par de nombreuses imitations que je faisais d'acteurs ou de personnes quelconques. Mais là, du moins, le succès était énorme et unanime.
Et je me réfugie, faute de mieux, dans l'espoir que j'aurai peut-être un peu d'épanouissement posthume à l'endroit de mes livres."
R. ROUSSEL, COMMENT J'AI ECRIT CERTAINS DE MES LIVRES, explicit.

C'est vrai, Charles L., les deux textes voisinent par un "heureux" hasard. Non, pas curieux, puisque les familles Leiris/Roussel étaient en effet amies de longue date. Mais l'Afrique de Roussel n'a rien en commun avec celle de Leiris. Encore que ! Celle de Leiris est une Afrique vécue (comme vous le savez) au cours de l'expéditon ethnologique Dakar-Djibouti (1931-1933), conduite par Marcel Griaule. Celle de Roussel est pour l'essentiel issue de ses lectures, de L'Illustration à Cinq semaines en ballon de Jules Verne, ou au Roman d'un spahi de Pierre Loti, roman que Roussel affectionnait tout particulièrement. Roussel ne craignait d'ailleurs pas d'affirmer:
"De tous mes voyages, je n'ai jamais rien tiré pour mes livres. Il m'a paru que la chose méritait d'être signalée tant elle montre clairement que chez moi l'imagination est tout."

Quant au succès, Roussel ne le connut pas en effet de son vivant. Roussel fut même abondamment conspué. Il faut attendre OuLiPo et Georges Perec pour voir les procédés d'écriture de Roussel repris et exploités "avec fruit".

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.