« Umberto Saba | Donna | Accueil | 22 décembre 1989 | Charles Juliet, L'Autre Faim, Journal V »

22 décembre 2006

Commentaires

Merci très chère Angèle pour ces sombres pensées de l’Israélien Yehuda Amichaï, dont j’ignorais l’existence !

Voici en contrepoint (vous diriez vous : en échos, mieux encore en Chjam'è rispondi) des aphories (Néologisme entre aporie et euphorie. Je sais que vous vous méfiez des aphorismes que vous trouvez souvent péremptoire et trop définitifs) de l’auteur japonais keya.

"À travailler sur l'intellect, la chose devient angulaire ;
à mettre la perche dans l'affection, on se fait emporter ;
à imposer sa volonté, on se sent malaisé…
Bref, le monde humain est difficile à habiter."

Merci Terres de Femmes, revue cap-corsaire et transculturelle aussi, pour les découvertes sans cesse renouvelées que vous nous offrez .
Ce soir c'est Noël !

Auguri per tutti
Guidu____

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.