« 22 décembre 1989 | Charles Juliet, L'Autre Faim, Journal V | Accueil | 25 décembre 1984 | Mort de l’éditeur José Corti »

24 décembre 2006

Commentaires

Soulages est comme moi, il aime le noir, par goût de la lumière !
C'est un choix ; ce que les autres nous reprochent le plus, c'est ce que nous sommes vraiment, ce qu'il y a en nous d'inconcassable nuit, nul ne pourra la briser cette part d'infrangible.
Je pense tout à coup à cette phrase de Sartre à propos de Baudelaire, phrase à méditer à l'orée d'une année bientôt nouvelle:
"Le choix libre que l'homme fait de soi-même s'identifie absolument avec ce qu'on appelle sa destinée." O Sens tragique !
Tout choix n'est-il pas un renoncement ? (très sartrien, n'est-ce pas ?)
O Liberté...
Sergiacciu u negru

Caru Sergiu,

As-tu pensé à prévenir Pierre Soulages qu'il était comme toi ?

A propos de destinée, il est peut-être incongru (mais tant pis) - un soir de Nativité - de paraphraser Malraux en redisant que seule la mort transforme la vie en destin. Autre noir ou autre lumière ?

Amicizia è buon Natale,

Anghjula

Cara Anghjula,
L'autre jour, j'ai croisé Soulages. Entre la nuit et la lumière, il y a des étoiles qui se frôlent dans les nuits bleues de décembre. Mais, personne ne les voit. ― Seuls quelques-uns voient l’incroyable ! Elles se touchent presque dans le noir, deux mains géantes dans le froid de l’univers qui un instant s’électrise. Elles sont LUMIERES ! Et, rien que des enfants les regardent se fondre l’une dans l’autre dans l’oubli.
Amicizia, O Corsa !
Serge Venturini

Quoi qu'il en soit, qui a vu Conques a vu sa lumière. Soulages touche à peine à l'architecture qui environne la fenêtre, il s'en fait aimer. En fait, seul le geste ici, sur le verre, demeure, le temps d'un homme, le temps d'un passage. Bonnes et profondes fêtes, Iliens ! J.-M.

quelle merveille votre site, madame, merci .
Je lis le texte sur Pierre Soulages. Savez-vous qu'il est de la même époque qu'une femme merveilleuse qui aurait sa place dans votre galerie, c'est Yanhe Le Toumelin, peintre. Elle a un site "RIREDUCIEL". C'était la première épouse de Jean-François Revel et c'est donc la mère de Matthieu Ricard et de Ève Ricard qui a écrit un petit livre Parkinson blues (Arléa, 2004).

Yanhe vit en Dordogne, elle est nonne tibétaine, elle est âgée de 82 ans et continue à peindre et vend ses tableaux pour sa communauté bouddhiste.

Je vous souhaite une merveilleuse année 2007 pleine de réussite et d'amour.
Je vous embrasse,
Catherine

Chère Catherine,

Merci pour cette visite et pour ce témoignage amical. Yanhe Le Toumelin n'est pas seulement de la même époque que Pierre Soulages. Elle est aussi, semble-t-il, très proche du peintre, et de toute la mouvance de l'abstraction lyrique.

Je n'ai pas lu Parkinson Blues, mais me promets de me le procurer au plus vite.

Je vous embrasse, moi aussi, très amicalement,

Angèle


On sera heureux d'apprendre que le musée Fabre de Montpellier s'est refait une beauté et que "le clou de cette version revue et corrigée est sans doute la salle Pierre Soulages. Avec ses 32 tableaux, toutes les périodes de l'artiste sont ainsi représentées, des années 50 à nos jours."
Musée Fabre, 39, boulevard Bonne-Nouvelle, 34000 Montpellier. Rens. au 04 67 14 83 00 et sur [email protected]

Amitiés,


Merci Pascale pour ce rappel. Pour en savoir plus, penser à consulter le dossier de presse (encadré ci-dessus) en format pdf.

..."Le tableau achevé"...une grande interrogation toujours, pour moi. Tout comme pour un poème, une forte intuition d'achèvement émane de soi à un moment donné, celle d'un aboutissement, ou d'un épuisement temporaire de quête....mais qu'est ce qui s'achève? Ce qui est inachevé interroge peut-être plus l'artiste et et le spectateur ( lecteur..) dans une dynamique de rapprochement de soi et du monde.....Je viens de lire ce passage de Joël Vernet, in La nuit errante, p.38; il rejoint aussi ton noir/lumière, Angèle:

"C'est avec le coeur des morts que j'écris, sans me soucier de rien d'autre de leur chant si beau, si bon. Les morts, dirons-nous, un peu plus tôt que les autres, m'ont donné la vue, rien d'autre que cela, la vision immédiate de notre fin, la clairvoyance. Dès la naissance, c'est la fée noire qui nous ronge peu à peu.On nait, on meurt. Et il y a ce pont de merveille entre les deux qu'est toute vie. C'est, à mes yeux, tout aussi simple que cela. C'est cela le grand amour: être en accord avec ce qui nous est offert pour si peu de temps."

Tous engagés sur "le pont des merveilles" !!!
Joyeux Noël à tous!

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.