« 19 novembre 1930 | Naissance de Bernard Noël | Accueil | 20 novembre, IX [1800] | Senancour, Obermann »

20 novembre 2006

Commentaires


J'ai entendu un cri qui était le mien
j'ai senti le métal dans mon coeur,
comme une lame aiguisée par la souffrance, cette lame était aussi en moi

J'ai senti le vide en lui qui n'était que son vide
et qui est devenu mon vide
tout près du précipice,
le précipice vers lequel il me conduisait.

J'ai entendu un cri qui était le mien
quand mes pas ont glissé dans le précipice
j'ai senti la lame dans mon coeur
parce que cette lame était en moi,
je ne pouvais plus fuir et l'enfant ne pouvait
plus fuir. Il nous fallait glisser dans le
précipice pour lui échapper.
Nous n'avons pu lui échapper.
Il a refermé le précipice sur l'enfant
et sur moi.
et depuis nous errons sur les rives
de la nuit, sans crainte de la nuit
mais il ne sait pas que la nuit
nous a sauvés du précipice.
il ne le saura jamais,
il n'est pas de notre monde
sur les rives de la nuit.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.