« 19 octobre 1999 | Mort de Nathalie Sarraute | Accueil | Cécile Oumhani | Aux prémices du sable »

19 octobre 2006

Commentaires

Est-ce à cause de : "Tu as cru que toutes ces choses peuvent et ne peuvent être vues." ou la brusque apparition du fonctionnaire préposé à la nouvelle barrière, j'ai pensé à Kafka...

Près de toi, en pensée, avec toi dans le tumulte de la vie, je t'embrasse chère Angèle !

Tu n'as pas tout à fait tort, nobody. Je pense aussi à Kafka dès qu'il est question de fonctionnaire, de ceux dont l'administration regorge, et qui se bardent dans une bonne conscience inébranlable. Camouflés sans risque derrière leurs écrits, ils sont très avides de faire surgir d'incompréhensibles et inquiétantes barrières.
Mais ici, dans cet épilogue poétique, je n'avais pas songé à Kafka avant que surgisse in extremis, comme un diable de sa boîte, la figure inquiétante du fonctionnaire. Je naviguais jusque là entre les deux infinis, "l'infiniment grand" que nous savons exister et qui échappe en même temps à notre regard borné par ses propres limites et "l'infiniment petit" qui répond "également" aux mêmes caractéristiques. Entre les deux et au-delà/en deçà, c'est tout le bruissement du monde qui s'exprime, pour peu que l'on ne s'ingénie pas à faire surgir d'insurmontables barrières.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.