« Louis Brauquier | Étendue stérile | Accueil | Victor Segalen | Perdre le Midi quotidien »

04 octobre 2006

Commentaires

Comme ce poème me parle Angèle, merci pour cette belle découverte. Je vais tenter de me procurer ce recueil. Je pense à toi au milieu de tes cartons. Courage.

Merci, ma chère Chrysalide, je suis heureuse de partager avec toi ce poème sublime. Le partage et le poème, "aimablement" combinés ensemble, me sont tous deux un soutien et un réconfort puissants dans ces moments de tyrannie du contingent. Il me faut user de patience et de ruse. Encore un peu.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.