« François Cheng | L’appel de la mer | Accueil | Zoé Karèlli/Imagination du moi »

05 septembre 2006

Commentaires

Mais quelle sensualité
de saison (sourire)
j'aime la rondeur de ces vers qui se marie si bien
avec celle des seins

Une ondulation, soulignée par la ponctuation. Ces deux points qui suggèrent des haltes dans les recreux du corps. Harmonie parfaite des formes et des vers.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.