« 26 septembre 1945 | Création de Caligula d'Albert Camus | Accueil | 28 septembre 1983 | Création de Savannah Bay de Marguerite Duras »

27 septembre 2006

Commentaires

elle se souvient,
dans sa jeunesse, pas si loin dans ses souvenirs épars, elle se souvient qu'elle allait dans les bois, et à l'orée du bois, il y avait de la fougère. Elle regardait longtemps le vert de la fougère, la fougère qu'elle ne cueillait pas, seulement des yeux, pour l'offrir à cette inconnue qui la suivait pas à pas dans les champs et qu'elle ne voyait pas.
elle se souvient de ces champs, de ces prairies qui lui paraissaient immenses, des océans, des océans qui l'aimaient dans lesquels elle se noyait pour renaître tout près de ses brebis.
Elle se souvient de la fougère et de la bruyère, et elle confondait la bruyère et la fougère. Et aujourd'hui elle est la même à confondre la bruyère et la fougère.
clem

Le 28 septembre 1924 naissait le grand Marcello Mastroianni.

J'aimerais être étang
et de vert céladon
comprendre les dessous de
l'Etant
...
Beau Poème
simple et fort

Clem, Viviane. Merci à toutes deux.
En relisant ce poème, je pense à Gaston Bachelard et aux très belles analyses qu'il nous a laissées dans L'Eau et les rêves. Il y a dans ces vers d'une grande force derrière leur apparente simplicité, quelque chose des eaux dormantes de La Rêverie du repos, telle que les décrit le philosophe. Quelque chose de calme, de rassurant, de rassérénant, malgré la présence de la mort.

Merci, Pascale, pour cet éphéméride inattendu. Je prends note et inscris cette date dans mes tablettes. J'en ai profité pour vous renvoyer à la photo du Bel Antonio, l'anti-latin lover.


Le mardi 17 octobre 2006, à 19h30, rencontre avec Claude Louis-Combet, à la Maison des Écrivains (Paris). En dialogue avec le chroniqueur littéraire Ronald Klapka.

Maison des écrivains
53 rue de Verneuil
75007 Paris
Métro : Solférino
Tél. (pour réservation préalable) : 01 49 54 68 80


L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.