« L'ombre portée du palmier bleu | Accueil | Valery Larbaud | Le masque »

30 août 2006

Commentaires


Flap ... l'oiseau se pose et dépose ...

*

A l'heure des constats
Qu'il est dur de peser
L'ensemble des ébats
Exhalant le passé

Et les choix qui nous mènent
Laissent en traces baveuses
Un peu comme une étrenne
Une âme un peu rêveuse

Ce coeur qui nous oppresse
Fige l'air alentour
De fatales caresses
Et d'un manque d'amour

L'utopie qui se lève
D'un soleil bien blafard
De la nuit qui s'achève
Broie le noir du cafard

Ne regardons derrière
Nos pas désespérés
L'horizon est de pierre
Et la mer déchaînée

Voilà ce qui motive
Le guerrier mal aimé
Que la douleur ravive
Le laissant animé

*

busard

Scopro adesso Mina Loy qui da te cara amica, e una rosa che vorrei rubare :-)
Come stai?
Un bacio

r.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.