« Maria Venezia | Je te décris cette paix particulière... | Accueil | Dino Campana | Pampa »

27 juillet 2006

Commentaires

Heureuse de retrouver Emily ici, Emily qui a su si bien rendre l'atmosphère pesante, été comme hiver, de Haworth et de sa lande à perte de vue. Je ne saurais que conseiller le détour par Haworth, hors saison de préférence, sous les brouillards et les paysages désolés de novembre ; on comprend alors comment cette atmosphère lugubre où la mort semble toujours présente a pu forger les personnalités de chaque membre de la famille, et combien le recours à la création littéraire ou artistique a pu être nécessaire pour survivre à la vie triste et oppressante qui était la leur. Impressionnant.

Merci de cette évocation, Pascale. Elle ravive des souvenirs auxquels je suis restée très attachée. Je n'ai pas eu l'occasion de me promener dans les "Moors" hors saison. Mais déjà, à l'époque où j'ai séjourné dans le Yorkshire, l'été de mes dix-sept ans, j'avais été très impressionnée par la lande. Et bien sûr, je ressentais et recherchais la présence fluide et sauvage de Heathcliff et de Cathy. Je m'attendais à tout moment à les voir surgir, échevelés, au détour d'une de leurs escapades, passionnés et terribles. J'aurais aimé alors que les vents hurlent sur les "Moors".

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.