« Léo Ferré | Comme une marée de la mort | Accueil | 15 juillet 1939 | Louise de Vilmorin à Francis Poulenc »

14 juillet 2006

Commentaires

:-) sto leggendo a ritroso

Une lecture qui ne peut s'oublier. Pourquoi ? Il y a ce long procès pour désertion et lâcheté, d'abord. Puis cette longue dépense dans une vie de courage. Lâcheté surprise en soi-même, irréversible, dans l'instant : "sauver sa peau". Et une source inépuisable de courage dans le même être, dans la durée. Et puis une écriture, une construction, une intelligence du récit qui rend le lecteur intelligent. J.-M.

Merci, Jean-Marie, de ce très beau commentaire, tout en finesse, comme vous savez le faire. Et qui va bien au-delà de simples réminiscences de lectures lointaines.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.