https://terresdefemmes.blogs.com/.a/6a00d8345167db69e2026bdeb2246c200c-popup Sous le pavot, la page - Terres de femmes
Ma Photo

Prix de la critique poétique Aristote 2013

Blog powered by Typepad
Membre depuis 12/2004
BIBILIOTHEQUE
___ Index des auteurs cités

Italies Fabulae




  • Italies-fabulae-Paoli



    Angèle Paoli, Italies Fabulae
    Éditions Al Manar, 2017.



Solitude des seuils
Solitude des seuils



De l’autre côté

Le Lion des Abruzzes
chez Cousu Main






Arbre bruyère
L'arbre bruyère, avec Stéphane Causse





Rouges de Chine




  • ROUGES DE CHINE => PAGE D'ACCUEIL






Éclats d’éclats




  • Éclats d’éclats



MURALE 1
Murales
Noir écrin
Noir écrin
Corse Carnets Nomades(1)
Manfarinu l'ane de Noël(1)
Murales
Le tour de Corse à la voile 150
Le tour de Corse à la voile
Les topiques d'Angèle Paoli
___ Index de mes topiques
Bleu _Fotor
_____ Anthologie du bleu
BNF lettrage
Angèle Paoli / Data Bnf
6a00d8345167db69e2010534cb4443970b-800wi
Angèle Paoli / Zilbal -donna
LES PLANCHES COURBES YVES BONNEFOY
Lecture des - Planches courbes - d'Yves Bonnefoy

« Gustave Roud | La poésie seule… | Accueil | 24 juin 1935 | Mort de Carlos Gardel »

23 juin 2006

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Un poème
ouvert
tendu
comme
une
fleur
qui
jette
l'ancre
sur
une
île
...

Racines... Superbe.

Présence troublante de la fleur qui envoûte. Qu'est-t-elle donc celle-là ? Fleur ?

Viviane, Tissiane, merci à toutes deux. Oui, Tissiane, tu as sans doute raison ! Mais le poème n'est-il pas le lieu privilégié de la métaphore ? Ici, tout à fait involontaire et invisible pour moi au moment de l'écriture. Et pourtant! Le texte sème ses sens à l'insu de la main qui le rédige. Quel beau mystère!

Comme quoi la beauté est en toute chose, dans le coeur velouté et la soie froissée de l'humble coquelicot, poppy anglais au joli nom...

J'ai cliqué mais je n'ai pas pu voir l'image en grand : quel dommage !
J'aime beaucoup cette tentative de définir *l'odeur* de la fleur.


C'est réparé, Papotine. Merci.

Est-ce en pensant
Au libre coquelicot
Ou à l’enivrant pavot
Que chaque ronde de lune
Dépose en souffrance
Ses pétales de sang
Au coeur son triangle d’or

Merci, Yann, de ton passage en poésie.

Je me suis aventurée un jour au large du Triangle d'or. J'ai vu la lune blonde caresser les champs de pavots. Mais j'ai vu aussi les femmes méos des tribus des montagnes, assises dans leurs maisons sur pilotis, attendant le retour des hommes partis gagner leur vie, là-bas, dans le Triangle.


Le pavot travaille dans la lenteur du jour pour s'épanouir. Il est, au jardin, l'artiste du silence et de la discrétion. Pas moins que l'écrivain ne l'est à sa table. Belle métaphore et mise en abyme de la silhouette d'Angèle écrivant devant le parterre de fleurs. Et comment ne pas songer à cette photo de Colette dans une plate-bande (un champ ?, je ne sais plus) de pavots ? Merci Angèle pour ce très beau texte d'été.

Je suis très heureuse de ta venue sur mes Terres, Nathalie. Merci à toi, infiniment, pour cette belle célébration métaphorique, toute de sensibilité...
La photo de "Colette dans les pavots" se trouvait autrefois sur le site http://www.colette.org, mais ce site est en cours de reconstruction.


Pour voir la photo de Colette dans un champ de pavots, cliquer ICI [fichier .doc]. Document transmis par Guidu.

Voir aussi ICI

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.