https://terresdefemmes.blogs.com/.a/6a00d8345167db69e2026bdeb2246c200c-popup Kenneth White | Lettre à un vieux calligraphe - Terres de femmes
Ma Photo

Prix de la critique poétique Aristote 2013

Blog powered by Typepad
Membre depuis 12/2004
BIBILIOTHEQUE
___ Index des auteurs cités

Italies Fabulae




  • Italies-fabulae-Paoli



    Angèle Paoli, Italies Fabulae
    Éditions Al Manar, 2017.



Solitude des seuils
Solitude des seuils



De l’autre côté

Le Lion des Abruzzes
chez Cousu Main






Arbre bruyère
L'arbre bruyère, avec Stéphane Causse





Rouges de Chine




  • ROUGES DE CHINE => PAGE D'ACCUEIL






Éclats d’éclats




  • Éclats d’éclats



MURALE 1
Murales
Noir écrin
Noir écrin
Corse Carnets Nomades(1)
Manfarinu l'ane de Noël(1)
Murales
Le tour de Corse à la voile 150
Le tour de Corse à la voile
Les topiques d'Angèle Paoli
___ Index de mes topiques
Bleu _Fotor
_____ Anthologie du bleu
BNF lettrage
Angèle Paoli / Data Bnf
6a00d8345167db69e2010534cb4443970b-800wi
Angèle Paoli / Zilbal -donna
LES PLANCHES COURBES YVES BONNEFOY
Lecture des - Planches courbes - d'Yves Bonnefoy

« 7 juin 1848 | Naissance de Paul Gauguin | Accueil | Julio Cortázar | Ligne de mire »

07 juin 2006

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

(ce texte calqué et différent de cette "lettre à un vieux calligraphe" est sorti en une minute; un espontaneo diraient les amis hispaniques : c'est dire sa force et ses faiblesses)

Soixante et un an passés
par les lèvres et les livres

En alerte des voix autres
et des regards multiples

Puis laisser cette trace
au sortir du labyrinthe

Aucun nom aucun corps identifiables

Mais une porte par laquelle
Tout homme et toute femme
Peuvent entrer et sortir

Tant et tant de jours passés
à humer l’air
des rêves et des fantaisies
à épier l’indicible des choses
dans l’infini du ciel
et des étoiles du gecko

puis écrire ces mots
devant la porte entrebâillée
hasarder un regard
dans les recreux du labyrinthe
sauter à cloche-pied
sur les traces à demi
effacées
et rire, rire enfin
à l’air du soir
et à la beauté
égarée du monde

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.