https://terresdefemmes.blogs.com/.a/6a00d8345167db69e2026bdeb2246c200c-popup Éclats d’éclats (02) : Fureur - Terres de Femmes
Ma Photo

Prix de la critique poétique Aristote 2013

BIBILIOTHEQUE
Index des auteurs cités jusqu'en 2021
AMELIA-ROSSELLI-
Éphéméride culturelle


J'écris



  • Lupinu (mon chat) et moi
MONT VENTOUX
Mont Ventoux
MARCHER DANS L'ÉPHÉMÈRE
Marcher dans l'éphémère
NOAILLES
L'instant Noailles
PATINIR
Le dernier rêve de Patinir

Italies Fabulae




  • Italies-fabulae-Paoli



    Angèle Paoli, Italies Fabulae
    Éditions Al Manar, 2017.



Solitude des seuils
SOLITUDE DES SEUILS
UNE FENETRE SUR LA MER
UNE FENÊTRE SUR LA MER
Pas d'ici pas d'ailleurs
PAS D'ICI, PAS D’AILLEURS

Le Lion des Abruzzes
chez Cousu Main






Arbre bruyère
L'arbre bruyère, avec Stéphane Causse
De l'autre coté
De l 'autre coté. 2013





Rouges de Chine




  • ROUGES DE CHINE => PAGE D'ACCUEIL






Éclats d’éclats




  • Éclats d’éclats



MURALE 1
MURALES
Noir écrin
Noir écrin
Manfarinu l'ane de Noël(1)
Manfarinu l'âne de Noël
Le tour de Corse à la voile 150
Le tour de Corse à la voile
Mazzeri
- MAZZERI - diptyque chamanique corse, I et II
Martinecros(1)(1)
Dans le jardin des simples, Angèle Paoli, peintures: de Martine Cros, détails d'une huile sur toile 100x80 cm
CANARI
Santa Maria Assunta de Canari
Les topiques d'Angèle Paoli
Index de mes topiques
BNF lettrage
Angèle Paoli / Data Bnf
6a00d8345167db69e2010534cb4443970b-800wi
Angèle Paoli / Zilbal -donna
LES PLANCHES COURBES YVES BONNEFOY
-LES PLANCHES COURBES- Yves Bonnefoy, lecture par Angèle Paoli
Bleu _Fotor
Anthologie du bleu
Angèle
Angèle Paoli : Le Printemps des poètes
ANGÈLE PAOLI
Angèle Paoli traductrice de Luigia Sorrentino
PORTRAIT
Les chemins de traverse d’Angèle Paoli

« Éclats d’éclats (01) : Soleil | Accueil | La galaxie de Gisèle Freund »

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

busard

Flap ... l'oiseau se pose et dépose ... et répond à la fureur par la fureur ...

*

Le combat …

C'était l'heure du choc, du cri, des tremblements
L'heure où de la dame noire aiguise un peu sa faux
L'heure où le souffle court mais tenaces et vivants
Une assemblée de gnomes affronte tous les maux

Et le vent fou furieux s’engouffrait dans les arbres
Arrachant de ses griffes des lambeaux de tourment
Aux lourds nuages sombres à l’aspect bien macabre
Que des éclairs hideux éclairaient par moments

Le feu dans la clairière puissant mais tourmenté
Rougissait les visages et allongeait les ombres
La meute silencieuse des loups de la contrée
Veillait à quelques pas au milieu des décombres

C’était l’heure du choc, du cri, des tremblements
L’heure des guerriers lourds d’armes avides
L’heure où les yeux des fous brillent au firmament
Des ventres tordus de peur et des rires insipides

Et le vent fou furieux s’engouffrait dans les arbres
Emportant avec lui le bruit mat de la hache
Qui broie en un instant la tête candélabre
En rougissant sa lame du souffle qu’elle arrache

Le feu dans la clairière puissant mais tourmenté
Eclairait les gisants de boue sanguinolente
On courrait de partout encore on se battait
Pénétré par l’horreur à l’odeur si présente

C’était l’heure du choc, du cri, des tremblements
Une heure où tout finit, une heure de précipice
L’heure où la fée Amour dormait résolument
Laissant là les humains boire dans le calice

*

busard

busard

Flap ... again pour un nouvel opus ... une suite en quelque sorte ... mon intention était de rentrer à l'intérieur du combat ... de focaliser sur l'instrument ...

*

La lame …

La lame file sifflant les serpents
En une danse étrangement lucide
Virevolte et s’infiltre aux fontaines de sang
Guidée par une main acide

Elle donne la mort et elle prend la vie
Fiévreuse d’une rage avide
Et le froid de l’acier s’insinue à l’envi
Des larmes aux couleurs humides

La lame choque la lame amère
Sonnant de déception de ne pouvoir tuer
Etincelles bleuies de frustrations entières
Eclat mat et vibrant de violence indomptée

La lame est possédée par l’honneur du guerrier
Qui la brandit bien haut aux idées vertueuses
De la foi, de la loi, du bon droit coutumier
Au respect de la règle dictée incestueuse

Mais la lame est perdue au-delà de son âme
Quand elle ne sert plus qu’au travers d’une balle
Qui déchire cet air sec détonnant de la flamme
A ce cœur éclaté du rythme qui s’emballe

La balle silencieuse fusionne la chair
De ce doigt qui appuie, appuie, appuie
Anonyme et discrète frappant en un éclair
Terreur de cet ennui, ennui, ennui.

*

busard

nobody

Ces éclats dispersés, ces mots qui s'éloignent ont une musique profonde et très pure... Rien de superflu, juste l'essentiel, l'ossature.

J'aime particulièrement ce poème, sa fin comme un couperet : tuer le rêve de mort lente...

A bientôt, Angèle !

busard

Flap ... pour terminer la trilogie ... après pendant et dedans voici ... avant ... car l'horreur n'est-elle pas dans l'attente et l'inaction ?

*

Avant le combat

Le tambour sonne au cœur d’un roulement lugubre
Protégeant de la peur l’essence du guerrier
Il clame avec vigueur des pensées insalubres
Cette rage aux odeurs d’urine et d’air vicié

Souffle court il attend, le sang battant aux tempes
Poussé par cette envie d’entrer dans le néant
A l’orage des sens coulant en pluie battante
Dont il va s’abreuver à l’oubli de l’enfant

Le tambour sonne lourd aux jambes qui fléchissent
Les compagnons fragiles désespèrent du sort
Les âmes sont à nu et les regards trahissent
L’effroi, le désespoir et l’envie de la mort

L’idée qui le soutient se brandit comme femme
Ondulant des passions équivoques et sincères
Lui donnant cette ardeur que procure la flamme
Aux mains rougies souillées à l’encre délétère

Le tambour sonne encore et toujours lancinant
Les cris répondent au cri des hommes fascinés
Ils répondent aux signes en se montrant ardents
Prêts à donner leur vie à cette destinée

Et les pieds qui trépignent en cadence le temps
Qui rapproche la faux coupante et sure
Des corps de cette lame à l’ouvrage pourtant
Froide et précise aux éclats de morsure

Le tambour gronde fou d’une joie de l’ivresse
Répandant la clameur des paroles de haine
A l’appel des sorciers fidèles à la déesse
Sous le joug des damnés à l’âme dans les chaînes

*

busard

Angèle Paoli

Des mots?
Ah oui, des mots!
Raison, je te sacre vent du soir.
Bouche de l'ordre ton nom ?
Il m'est corolle du fouet.
Beauté je t'appelle pétition de la pierre.
Mais ah ! la rauque contrebande
de mon rire
Ah ! mon trésor de salpêtre !
Parce que nous vous haïssons vous et votre raison,
nous nous réclamons de la démence précoce de la
folie flambante du cannibalisme tenace

Trésor, comptons :
la folie qui se souvient
la folie qui hurle
la folie qui voit
la folie qui se déchaîne

Et vous savez le reste

Que 2 et 2 font 5
que la forêt miaule
que l'arbre tire les marrons du feu
que le ciel se lisse la barbe
et caetera et caetera...

Qui et quels nous sommes ? Admirable question !

Aimé Césaire,Cahier d'un retour au pays natal, Présence africaine, Collection Poésie, 1983, pp. 27-28.

busard


Flap ... une forêt qui miaule ...
quelle sorte de forêt cela peut-il être ?

mdrrrrrr

busard

Viviane

j'aime beaucoup ces épingles qui s'enfoncent
aussi lentement que leur ombre
dans la chair

Angèle Paoli

Merci, Viviane. Grâce à toi, je redécouvre mes textes et les "polaroïds" qui les accompagnent. C'est toujours une surprise... et un grand plaisir que ce partage.

busard

Flap ... pour un petit signe de l'oiseau à Angèle !!!!

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Angèle Paoli auteure
Angèle Paoli auteure, responsable de la rédaction de la revue Terres de femmes fondée en 2004 , était aussi membre du jury du Prix de poésie Léon-Gabriel Gros (revue Phœnix) pour l'année 2013. Elle a été invitée en tant que poète au 17e Festival de poésie «Voix de la Méditerranée» de Lodève en juillet 2014 et également poète invitée de « Ritratti di Poesia-Fondazione Roma » en 2016.
Voix sous les voix(1)
"Voix sous les voix" Signature 21 juin 2024 16h ____________________________________________ Marché de la Poésie: Al Manar

Répertoire par numéros de revue



  • Pour accéder au répertoire, CLIQUER




Lectures
Les lectures d'Angèle Paoli de 2004 à 2021

Anthologie poétique
Terres de femmes 2021

AUTEURES
250 portraits d'auteures par Guidu et Angèle
Poésie d'un jour
Parcourir de nombreuses POÉSIE D'UN JOUR
Angèle Paoli à Canari  Cap Corse
Angèle Paoli à Canari, Cap Corse
Angèle Paoli By G.AdC
Angèle en aquatinte
YVES THOMAS
Yves Thomas mon éditeur
SILENCE-CAP-CORSE
- Laisses de mer -

Site sélectionné

Paperblog
TDF SUR PAPER BLOG
France inter logo _Fotor
Angèle Paoli sur France Inter
1086675703_f
TDF SECRETS DE FABRICATION

ISSN 2550-9977

69311174_e8860f440e
IDENTIFICATION de l’ISSN
1164624647_f
Comment Angèle Paoli réussit-elle à captiver l’attention du passant “électronisé” ?
JEU DE PLIS jpeg
Jeux de plis ?
MINOTAURE
« Quand le Minotaure rit » par Sabine Huynh
Taureau picasso
Autour de «La Minautore » au centre culturel - Una Volta -
IMGP1718
La poésie d’Angèle Paoli : "Une esthétique de la trame" suivant Muriel Stuckel
NONZA C
- Terres de Femmes - suivant la Pierre et le Sel 
CANARI IN VERANU(1)
- Terres de Femmes - suivant Recours au Poème
BIBLIOTHEQUE
-Terres de Femmes- suivant Attilio Iannello et Silvia Pio
Collage(1)(1)
- Insurrection poétique?- Interview PDF Angèle Paoli Revue Secousse
PAUSE ESTIVALE
G.AdC-Angèle Paoli suivant la Revue Robba
ACCOUDÉE
-Terres de Femmes- sur Facebook

juin 2024

lun. mar. mer. jeu. ven. sam. dim.
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
OURS TDF
OURS de TdF
Téléchargement
LE MAGAZINE QUI MET L'ACCENT SUR LA CULTURE

Les Noir et Blanc de Guidu

  • Guidu, ses Noir et Blanc
    http://guidu-antonietti.com/
  • Guidu: Noir et Blanc





Retour à l'accueil








































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































 ? Faire défiler les 116 poèmes
116 FEMMES POÈTES