« Éclats d’éclats (4) : Glissement | Accueil | Éclats d’éclats (5) : Vrille »

11 juin 2006

Commentaires

Toutes ces images me parlent... elles sentent le soleil.

Pour Marie-Paule Lavezzi

J'ai conservé dans ma bibliothèque Le Chant des brodeuses que tu m'avais dédicacé le 23 août 1988 à Sartène. Tu m'avais parlé d'Elisabeth et nous avions échangé sur cette passion qui nous est commune. Mais pourquoi donc as-tu écrit: "La lune aveugle crie/sous la voûte du ciel..." ? Cette question me taraude car quelques années auparavant j'avais écrit: "A luna ceca cerca une vita senza acqua". Je n'ai toujours pas la réponse, c'est peut être pour cela que j'ai préféré mettre ton vers en exergue de mon poème "fable".

Si tu le peux, va faire un petit tour sur www.invistita.fr.

A bientôt ou peut-être à dans vingt ans, ici ou ailleurs. La lune aveugle sera toujours là, ceux qui qui voient clair ne comprendront toujours pas.

Norbert

Bonsoir Norbert Paganelli,

Votre message a bien été transmis par téléphone à Marie-Paule Lavezzi.

@ prestu è amicizia


L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.