« Yves Bonnefoy | Les Planches courbes (XV) | Accueil | Yves Bonnefoy | Les Planches courbes (XVI) »

04 mai 2006

Commentaires

Oui Roud, de Suisse mais en français. Et comme souvent, une sorte de redécouverte - merci vraiment Seghers - après des années d'un certain oubli. Ses teintes de mélancolie, d'amours impossibles ou rêvées; son voisinage avec la nature, de si près, sa féminité. Belle anthologie chez Poésie Gallimard aussi. Merci Angèle.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.