«

| Accueil | Yves Bonnefoy/Les Planches courbes (XXIV) »

16 mai 2006

16 mai 1898/Naissance de Tamara de Lempicka

Portraits de femmes
Éphéméride culturelle à rebours
Agenda culturel




    Naissance à Varsovie (ou à Moscou selon des recherches récentes), le 16 mai 1898, de Tamara Gurwick-Gorska, dite Tamara de Lempicka, la peintre la plus emblématique des années « Art Déco ».




Tamara_de_lempicka_1
Tamara de Lempicka
Image, G.AdC




    Née dans une famille très fortunée, Tamara de Lempicka a vécu en Russie une existence dorée jusqu’à l’arrestation par les bolcheviks de son mari Tadeusz (de Lempicki), dont elle a fini (après beaucoup d’acharnement) par obtenir la libération. En 1913, le couple fuit la Russie et s’installe en France. À Paris où, très vite, elle fréquente la Haute société européenne et s’affiche femme émancipée et bisexuelle. Tamara étudie la peinture à l’Académie de la Grande-Chaumière (un institut privé). Elle est l’élève d’André Lhote et de Maurice Denis (mouvement nabi) et se passionne pour l’art de la Renaissance italienne et des grands maîtres italiens (Michel-Ange en particulier).

    En 1925, elle participe à la première grande Expo Arts Déco (Exposition Internationale des Arts Décoratifs et Industriels de Paris). C’est à partir de là qu’elle se fait un nom et devient une véritable icône et diva de l’Art Déco et des Années folles. Avec un style glamour tout à fait reconnaissable. « Une lumière à la manière d'Ingres, du cubisme à la Fernand Léger, avec du rouge à lèvres Chanel », résume un critique d'art de l’époque. Elle se sépare en 1928 de Tadeusz, s'installe en 1929 dans son atelier de la rue Méchain et, en 1933, épouse le très riche baron Raoul Kuffner de Dioszegh. Tous deux émigrent en 1939 pour les États-Unis (New York, puis Los Angeles) où elle se consacre exclusivement à son art, exposant dans de nombreuses galeries de renom, mais sans plus jamais obtenir le succès qui l'auréola durant l'entre-deux-guerres. Dans les années 1960, elle se tourne vers l’art abstrait. Artiste prolifique, c’est surtout comme portraitiste qu’elle est aujourd’hui reconnue.

    Elle s’est éteinte à Cuernavaca (Mexique) le 18 mars 1980, dix-huit ans après le décès du baron Kuffner. Sa fille Kizette, née de son premier mariage, a dispersé ses cendres au sommet du Popocatépetl.

    La première grande rétrospective de l’œuvre de Tamara de Lempicka s’est tenue à Paris à la Galerie du Luxembourg en 1972 et a contribué à la réhabilitation de son œuvre (tant soit peu ignorée par la critique qui tenait jusqu’alors son art pour un art «  mineur »). L'avant-dernière grande rétrospective de son œuvre (avant celle qui se tient actuellement à Boulogne-Billancourt) a eu lieu à la Royal Academy of Arts de Londres en 2004. Tamara de Lempicka est très peu représentée sur les cimaises des musées français (un beau Portrait toutefois de Tadeuz de Lempicki au musée National d'Art moderne de Paris), hormis le Musée des Beaux-Arts de Nantes (le premier musée français à lui avoir acheté une toile), auquel elle a légué ses œuvres en 1976 par l'intermédiaire de la direction des Musées de France.

« Rien n’est plus évocateur des années jazz que ces portraits glacés de femmes à la mode et d’hommes séduisants qui jouent au polo dans la journée et boivent des cocktails jusqu’à l’aube », rapporte le critique d’art Frank Whitford, qui rajoute que c’est au cours de ces soirées folles « données par les riches et les décadents, où drogues et alcools étaient servis par des domestiques à moitié nus », « qu’elle sniffait de la cocaïne avec Gide et draguait hommes et femmes », et qu’elle a aussi fait la connaissance de Colette, d'Isadora Duncan, de Jean Cocteau, ou encore de James Joyce.

Deux expositions Tamara de Lempicka (« Tamara de Lempicka, icône de l'Art Déco ») ont été récemment organisées : l'une, du 30 mars au 16 juillet 2006, au Musée des Années 30 (espace Landowski) de Boulogne-Billancourt; l'autre (du 5 octobre 2006 au 18 février 2007) à Milan, au Palazzo Reale.

Angèle Paoli
D.R. Texte angèlepaoli




Carta_gabriele_1
Lettre de Gabriele D'Annunzio
à Tamara de Lempicka





Pour voir un Autoportrait (Tamara à la Bugatti verte, 1925) de Tamara de Lempicka, cliquer
ICI.

Voir aussi :
- (sur le site tamaradelempicka.it) une
biographie (en italien) de Tamara de Lempicka (en relation avec l'exposition milanaise du Palazzo Reale qui s'est achevée le 18 février 2007);
- (sur culturagay.it) autre
article biographique (en italien) ;
- les toiles de Tamara de Lempicka de la Bert Christensen's CyberSpace Gallery sur
Next painting ;
- d'autres toiles de Tamara de Lempicka sur
BBC News;
- (sur Terres de femmes) le
Portrait de Suzy Solidor par Tamara de Lempicka ;
- (sur Au fil de soi)
l'article de Chrysalide sur l'exposition Tamara de Lempicka au Musée des Années 30.



Retour au répertoire de mai 2006
Retour à l' index de l'éphéméride culturelle


TrackBack

URL TrackBack de cette note:
http://www.typepad.com/t/trackback/224082/2170420

Voici les sites qui parlent de 16 mai 1898/Naissance de Tamara de Lempicka :

Commentaires

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas sur ce weblog tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Si vous avez un compte TypeKey ou TypePad, merci de vous identifier