https://terresdefemmes.blogs.com/.a/6a00d8345167db69e2026bdeb2246c200c-popup Yves Bonnefoy | Les Planches courbes (XIII) - Terres de femmes
Ma Photo

Prix de la critique poétique Aristote 2013

Blog powered by Typepad
Membre depuis 12/2004
BIBILIOTHEQUE
___ Index des auteurs cités

Italies Fabulae




  • Italies-fabulae-Paoli



    Angèle Paoli, Italies Fabulae
    Éditions Al Manar, 2017.



Solitude des seuils
Solitude des seuils



De l’autre côté

Le Lion des Abruzzes
chez Cousu Main






Arbre bruyère
L'arbre bruyère, avec Stéphane Causse





Rouges de Chine




  • ROUGES DE CHINE => PAGE D'ACCUEIL






Éclats d’éclats




  • Éclats d’éclats



MURALE 1
Murales
Noir écrin
Noir écrin
Corse Carnets Nomades(1)
Manfarinu l'ane de Noël(1)
Murales
Le tour de Corse à la voile 150
Le tour de Corse à la voile
Les topiques d'Angèle Paoli
___ Index de mes topiques
Bleu _Fotor
_____ Anthologie du bleu
BNF lettrage
Angèle Paoli / Data Bnf
6a00d8345167db69e2010534cb4443970b-800wi
Angèle Paoli / Zilbal -donna
LES PLANCHES COURBES YVES BONNEFOY
Lecture des - Planches courbes - d'Yves Bonnefoy

« Yves Bonnefoy | Les Planches courbes (XII) | Accueil | 1er mai 1920 | Journal de Catherine Pozzi »

30 avril 2006

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Plus qu'agréable de pouvoir appeler, d'un clic, le tableau en question, l'apprécier et le savourer - peut-être le comprendre. Bravo.
J.-M.

Merci, Jean-Marie. Votre interventiion arrive fort à propos ! Vous ne croyez pas si bien dire. Ce tableau, dont j'avais découvert l'existence grâce à Yves Bonnefoy, continue d'être une énigme pour moi. J'y reviens sans cesse, à tout moment dans la journée, espérant découvrir son secret, à un moment ou un autre. Je suis perplexe, tant en raison de la façon dont le sujet est traité (un subtil mélange de fantastique et de baroque!) que par le thème qu'il illustre. Plus je lis d'analyses et d'interprétations sur cette toile, plus le sens se dérobe. Et plus son mystère m'impressionne. Il est vrai que les mystères d'Eleusis sont implicitement présents. Soit. Mais je n'arrive pas à interpréter la nudité de cet enfant, qui a sûrement à voir avec Cérès qui lui fait face. Je n'arrive pas à comprendre pourquoi Yves Bonnefoy, que cet enfant fascine au point de s'identifier à lui dans ses "récits en rêve", fait l'impasse sur cette nudité impubère! Il me semble que le contraste saisissant qui oppose Cérès enveloppée dans ses voiles et l'enfant nu n'a pas été exploré. Je suis sûre pourtant que le peintre a voulu dire quelque chose et que ce "quelque chose", qui est peut-être l'essentiel, nous échappe. Si vous avez quelque lumière sur la question, n'hésitez pas ! Je continue d'interroger par-devers moi La Dérision de Cérès.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.