« Aïcha Arnaout | La traversée du Blanc | Accueil | 8 avril 1973 | Mort de Pablo Picasso »

08 avril 2006

Commentaires

Un beau poème d'amour, tout en métaphores...

Cette ode à l'amour est aussi celle de la maternité. Charles Juliet dit la femme dans son pouvoir de faire être, dans le mouvement des eaux qui donnerait un mouvement, un "étant" à ce qu'il pourrait être.
Me revient alors ce poème de son recueil Fouilles, p. 61.

" hier
la pulsation accordée
au rythme
ce point en toi
où tu m'as
rassemblé
et ce vaste silence
qui ne prendrait
jamais fin

toi t'écoulant
par ondes lentes
me portant
vers des lointains
d'où je refluais
pour te revenir
te répandre
en ces ondes lentes
qui naissaient
de nos centres
confondus

aujourd'hui
le corps rendu
à la matière

lourd de toute
la fatigue
qu'il te doit"

Est-ce parce qu'il est homme et qu'il s'approche tant des ressentis de la femme que ces poèmes m'interpellent ? Je l'ignore.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.