« Mirage de Méroé | Accueil | 5 avril 1908 | Naissance de Bette Davis »

05 avril 2006

Commentaires

Angèle,
Sais-tu que le Cantique des Cantiques est ma lecture biblique préférée, et en particulier le quatrième poème ci-dessous, mon poème de chevet en quelque sorte. Je le lis avec toujours autant de ravissement.

(L’Epouse)

Mon Bien-Aimé est blanc et rouge, comme l'étendard entre dix mille ;
Sa tête est comme l'or très pur ; ses cheveux tressés pendent, noirs comme le corbeau ;
Ses yeux sont des colombes près des sources, baignées dans le lait, assises dans leur plénitude ;
Ses joues sont un parterre d'aromates, des vases de parfums ; ses lèvres sont des roses distillant la myrrhe la plus pure ;
Ses mains sont des cylindres d'or garnis de chrysolithes ; sa poitrine a la pureté de l'ivoire incrusté de saphirs ;
Ses jambes sont des colonnes de marbre posées sur des bases en or pur ; son aspect, tel celui du Liban, est superbe comme les cèdres ;
Sa bouche est la douceur même ; il est tout entier désirable ; tel est mon Bien-Aimé, tel est mon Amour, filles de Jérusalem

Le Cantique des Cantiques, Quatrième Poème, La Bible de Jérusalem, Desclée de Brouwer, p. 999.

Oui, Pascale, c'est vraiment un très beau blason amoureux. Immédiatement me viennent à l'esprit, en lisant ce poème, des bas-reliefs de temples du Proche-Orient. Et les noms mystérieux d'antiques cités déchues.

Plus près de nous, est-ce que tu connais le Cantique des Cantiques dit par Alain Bashung et Chloé Mons?

Allez, je l'avoue, intriguée je fus et mon nez je mis dans "le Cantique des cantiques" : découverte à savourer.
Excusez mon ignorance, mais, surprise, le livre suivant serait celui de la sagesse!

"Car ils disent entre eux, dans leurs faux calculs :
"courte et triste est notre vie;
il n'y a pas de remède lors de la fin de l'Homme et on ne connait personne qui soit revenu de l'Hadès.
Nous sommes nés du hasard,
après quoi nous serons comme si nous n'avions pas existé.""

Bien sûr, ce sont les impies qui parlent...
La vie selon les impies, p. 1388 de la Bible traduite par Emile Osty.

Alain Bashung, belle voix, fausse nonchalance, j'aime ! Mais je ne connais pas sa version du Cantique des Cantiques. La Bible en chansons, par Bashung ? L'idée ne peut être qu'excellente pour ne pas dire ...dérangeante !

"Ainsi raisonnent-ils, mais ils s'égarent ; leur perversité les aveugle."

Erreur des impies, Le livre de la Sagesse, p. 1005 de La Bible de Jérusalem de Desclée de Brouwer.

Voilà, chère Edith, de quoi occuper votre week-end !

Au fait, plus je lis ces poèmes (je connaissais surtout le Quatrième ci-dessus), plus je suis surprise de leur audace. Le Cinquième Poème est un modèle du genre ("La courbe des tes flancs est comme un collier, oeuvre des mains d'un artiste/ Ton nombril forme une coupe où le vin ne manque pas"). Que ceci est magnifique, je suis ébahie de tant de sensualité dans les mots....

Comme le jeu de la traduction est étrange !
Point de ces vers dans le 5ème poème de ma bible traduite par Osty, mais la sensualité est bien là, et l'audace...
" Son palais n'est que douceur,
et tout en lui est délices!
Tel est mon bien-aimé et tel est mon compagnon,
filles de Jérusalem."

Quant à l'extrait choisi par Angèle, le 4ème poème, voici ce qu'il donne :
"Tu es toute belle, ma compagne,
et de défaut, il n'en est pas en toi.
Avec moi, du Liban, (mon) épouse,
avec moi, du Liban tu viendras,
tu quitteras le sommet de l'Amana,
le sommet de Senir et de l'Hermon,
les repaires de lions,
les montagnes de léopards;
tu as pris mon coeur,
ma soeur épouse,
tu as pris mon coeur
par un seul de tes regards,
par un seul anneau de tes colliers."

On dit "le Cantique des cantiques" joyau de la Bible et l'ouvrage le plus raffiné de l'Ancien Testament.
Je m'incline au-delà de la traduction.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.