https://terresdefemmes.blogs.com/.a/6a00d8345167db69e2026bdeb2246c200c-popup Giacomo Leopardi | À Silvia - Terres de femmes
Ma Photo

Prix de la critique poétique Aristote 2013

Blog powered by Typepad
Membre depuis 12/2004
BIBILIOTHEQUE
___ Index des auteurs cités

Italies Fabulae




  • Italies-fabulae-Paoli



    Angèle Paoli, Italies Fabulae
    Éditions Al Manar, 2017.



Solitude des seuils
Solitude des seuils



De l’autre côté

Le Lion des Abruzzes
chez Cousu Main






Arbre bruyère
L'arbre bruyère, avec Stéphane Causse





Rouges de Chine




  • ROUGES DE CHINE => PAGE D'ACCUEIL






Éclats d’éclats




  • Éclats d’éclats



MURALE 1
Murales
Noir écrin
Noir écrin
Corse Carnets Nomades(1)
Manfarinu l'ane de Noël(1)
Murales
Le tour de Corse à la voile 150
Le tour de Corse à la voile
Les topiques d'Angèle Paoli
___ Index de mes topiques
Bleu _Fotor
_____ Anthologie du bleu
BNF lettrage
Angèle Paoli / Data Bnf
6a00d8345167db69e2010534cb4443970b-800wi
Angèle Paoli / Zilbal -donna
LES PLANCHES COURBES YVES BONNEFOY
Lecture des - Planches courbes - d'Yves Bonnefoy

« 25 mars 1905 | Eleonora Duse au Nouveau-Théâtre à Paris | Accueil | Broderie orientale »

25 mars 2006

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.


Hommage élégiaque au poète indicible du Genêt,Giacomo Leopardi


Oh toi, Leopardi né à Recanati,
tu portas sur la vie, le regard des «antiques»
et même, les «lumières» semblaient pâles pour toi,
du haut du belvédère de la pensée antique;
tu vivais en ton siècle comme un exilé,
qui a connu l’âge d’or et se languit d’ennui.
Recanati, pour toi, était comme un caveau
dont tu ne t’échappais qu’au travers de tes livres.
Ivre de grec et féru de latin,
seule la bibliothèque était ta vraie amie.
Latiniste à huit ans, Helléniste à quatorze,
si ton corps t’enfermait, ton esprit t’élevait;
bien haut, dans les hauteurs où dominent les aigles.
Très tôt dans la palette de tes talents immenses,
tu sus choisir la muse comme cime des arts;
et devint son Mozart, ciselant de ses mots,
que tu allais cueillir dans les champs de diamant,
dans la Grecque éternelle qui irrigue l'Esprit,
tu souffrais en silence ton époque mesquine.


Par ton hommage à Dante tu commenças d'écrire
et souffrait tellement pour ta patrie meurtrie.
Ainsi tu ravivas la mémoire, des légions enfouis
sous la neige et les glaces de la Russie glaciale,
là ou, Napoléon, conduisit tes enfants
où dans de vains combats ils moururent, si loin.
Admirant la nature tu en perçus la grandeur,
mais en compris aussi les minéralités froides
dont l'éternel retour se rit de nos soucis,
alors que nous goûtons des lieux apprivoisées
son chaos naît et renaît dans ses "Big Bang",
et moins que des fourmis se soucie de nous autres.
Gravissant les volcans tu pouvais contempler
le peu de cas fait, de cités, jadis si glorieuses.
Tu pouvais mesurer l'immense solitude
qui pétrifia Pascal et rend dérisoire, tout orgueil
comme pure chimère dans les champs du Cosmos
ou le temps ne suit pas, nos piètres horloges.
Et, pourtant gravissant les pentes du Vésuve
du Genêt si chétif, tu saisis la grandeur;
celle même, des humains face à l'inexorable.
Mieux encore tu en appelas à la fraternité humaine,
et face aux cataclysmes toujours renouvelés
tu conseillas de ne pas y rajouter nos propres maux.
Toi que l'on désigna : "prince du pessimisme" ;
"sombre amant de la Mort, pauvre Leopardi",
tu fus plus bien plus que d'autres, un sceptique attentif,
aux peines de tes frères, et à leurs vains combats,
Toi le savant chétif qui mourut à trente neuf ans,
tu goûta la passion de cruelles qui repoussaient ta bosse.

Paul Arrighi, Toulouse/Deux Sorru, le 1er juin 2011.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.