https://terresdefemmes.blogs.com/.a/6a00d8345167db69e2026bdeb2246c200c-popup 24 mars 1886 | Naissance du photographe Edward Weston - Terres de femmes
Ma Photo

Prix de la critique poétique Aristote 2013

Blog powered by Typepad
Membre depuis 12/2004
BIBILIOTHEQUE
___ Index des auteurs cités

Italies Fabulae




  • Italies-fabulae-Paoli



    Angèle Paoli, Italies Fabulae
    Éditions Al Manar, 2017.



Solitude des seuils
Solitude des seuils



De l’autre côté

Le Lion des Abruzzes
chez Cousu Main






Arbre bruyère
L'arbre bruyère, avec Stéphane Causse





Rouges de Chine




  • ROUGES DE CHINE => PAGE D'ACCUEIL






Éclats d’éclats




  • Éclats d’éclats



MURALE 1
Murales
Noir écrin
Noir écrin
Corse Carnets Nomades(1)
Manfarinu l'ane de Noël(1)
Murales
Le tour de Corse à la voile 150
Le tour de Corse à la voile
Les topiques d'Angèle Paoli
___ Index de mes topiques
Bleu _Fotor
_____ Anthologie du bleu
BNF lettrage
Angèle Paoli / Data Bnf
6a00d8345167db69e2010534cb4443970b-800wi
Angèle Paoli / Zilbal -donna
LES PLANCHES COURBES YVES BONNEFOY
Lecture des - Planches courbes - d'Yves Bonnefoy

« Letitia Ilea | LE RÉVERBÈRE | Accueil | Pulchra... sed nigra »

24 mars 2006

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Angèle, quand vous écrivez Cette vie sentimentale mouvementée, c’est une litote concernant les photographes ... et ceux qui les côtoient aussi !
Dans le petit texte qui suit, le photographe est une photographe …

"…Le soir était tombé, dans le ciel la lumière était devenue irréelle, une phosphorescence qui se dégradait en bleu foncé, une humidité subtile, une odeur de ville mouillée se séchant par irradiation. Philippe et Anne Marie marchaient dans la ville, dans le silence du soir. L'appareil photo d'Anne-Marie sur sa hanche, la main de Philippe dans la poche, crispée sur son carnet.
Silencieusement, ils marchaient sans rien dire. Ils s'écoutaient, la respiration sur le qui-vive, celle d'Anne-Marie ample, apaisante, un souffle léger, une caresse du vent. Celle de Philippe s'emballait en rafale. Ils ne confrontaient rien, aucune impression subjective, un souffle contenu, une même exaltation, une même joie triste les accompagnaient, une ombre à leur côté, un trac invisible, cruel…"

Tout ça pour dire que Edward Weston est un immense photographe et pas seulement de nus féminins, vous l’avez dit. Un portraitiste de l’âme tout simplement, avec une respiration sur le qui-vive, qui traduit un trac invisible oui … d’une très grande puissance émotionnelle.

Ce portfolio en ligne le confirme.

Amicizia
Guidu ______

Un petit commentaire un peu banal :
Cette photo de nu est sublimement sensuelle
Je la connaissais, mais n’en connaissais pas l’auteur.

Merci Angèle

Encore un excellent lien, Guidu. Merci.

Le lien de Guidu est celui qu'avait retenu Angèle pour la source de la photo du nu de 1936.

=> Merci, Yann, tes commentaires sont les bienvenus. Je suis heureuse de t'apporter une réponse sur cette photo.

=> Guidu, vous pratiquez excellemment l'art de l'écart. Je soupçonne que vous êtes un admirateur de Magritte. Et de sa célèbre toile Ceci n'est pas une pipe. J'ai envie d'ajouter : ceci n'est pas un commentaire de photographe! Qu'en dites-vous?


Edward Weston a été mon maître a penser durant soixante ans de photographie .J'ai en simples mots un immense respect pour cet homme et ce qu'il a apporté à la photographie moderne. Jamais je ne pourrais le remercier de ce qu'il m'a donné, non seulement comme vision mais comme sens à ma vie.



C'est vrai que la photographie est très présente dans le site Terres de Femmes : créations magiques de Guidu (et ici ce texte splendide), créations d'Angèle qui nous offrent son regard sur son île et ses voyages mais aussi, au fil des jours, Cartier-Bresson, Korda, Jacques-Henri Lartigue, Edward Weston... L'art devient chose mentale et bonheur raffiné.
Travail des noirs profonds et des blancs intenses, modulations des gris ou des couleurs brillantes, lignes qui fracturent le réel, silhouettes de promeneurs. Beauté génératrice de silences contemplatifs et de mots transmettant leur imaginaire. Coprésence de l'invisible de l'avant et du visible de maintenant qui ne repose que sur la diffusion de la lumière le temps d'une prise de vue, d'un regard. Présence-absence discrète, devinée de leur auteur. Monde de l'éphémère dans le travail interminable d'une quête... car pour voir, il faut du temps, de la patience !
Et pour nous aider à regarder ces oeuvres, à les entrecroiser aux écritures offertes, produisant des effets inattendus, il y a l'immense travail de mise en pages, audacieux, subtil, du webmestre du site, donnant cohérence et unité à ce projet artistique et poétique.


L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.