« Le magicien de Majorque | Accueil | 14 mars 1950 | Édith Piaf fait sa rentrée salle Pleyel »

13 mars 2006

Commentaires

Il semble exister une étonnante connivence entre les deux personnages masculins. Une compréhension mutuelle, une amitié, une découverte commune... que sais-je... mais une joie se lit sur leur visage, absente de celui de cette femme dénudée puisant de l'eau dans une étincelante cruche de verre. Le contraste des humeurs est frappant. Et il se dégage une impression de rêverie. Ces deux femmes sont peut-être le fruit de l'imaginaire...

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.