https://terresdefemmes.blogs.com/.a/6a00d8345167db69e2026bdeb2246c200c-popup 13 mars 1993/Le Siècle de Titien au Grand Palais - Terres de femmes
Ma Photo

Prix de la critique poétique Aristote 2013

Blog powered by Typepad
Membre depuis 12/2004

Italies Fabulae




  • Italies-fabulae-Paoli



    Angèle Paoli, Italies Fabulae
    Éditions Al Manar, 2017.





De l’autre côté





Rouges de Chine




  • ROUGES DE CHINE => PAGE D'ACCUEIL






Éclats d’éclats




  • Éclats d’éclats



Le Lion des Abruzzes
chez Cousu Main











Écrivez-moi









Retour à l'accueil








































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































« Le magicien de Majorque | Accueil | 14 mars 1950 | Édith Piaf fait sa rentrée salle Pleyel »

Commentaires

Il semble exister une étonnante connivence entre les deux personnages masculins. Une compréhension mutuelle, une amitié, une découverte commune... que sais-je... mais une joie se lit sur leur visage, absente de celui de cette femme dénudée puisant de l'eau dans une étincelante cruche de verre. Le contraste des humeurs est frappant. Et il se dégage une impression de rêverie. Ces deux femmes sont peut-être le fruit de l'imaginaire...

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.