« Umberto Saba | Parole | Accueil | André Velter | Comment jeter un regard neuf »

10 mars 2006

Commentaires


Pour sûr, Le Maître et Marguerite est l'un de mes romans préférés... Depuis que je l'ai lu, j'ai du mal avec les romanciers qui n'accordent pas de place à l'imagination, si ce n'est celle de la "folle du logis" (une grande tradition française, ça...). Je retrouve par bonheur un peu Boulgakov chez Andrés Ibáñez (Le Monde selon Varick, et dans ses autres livres, non traduits) ou chez Murakami (Kafka sur le rivage)...

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.