« 14 février 1907 | Sarah Bernhardt première femme professeur au Conservatoire | Accueil | 14 février 1493 | Journal de bord de Christophe Colomb »

14 février 2006

Commentaires

GRAZIE MOLTO ________

Tandis que Yves préparait la mise en ligne de cet article, il me faisait parvenir en mail ce qui suit :
"Cher Guidu, connais-tu la réponse d'Isabelle Huppert à une question posée par un journaliste (Marc Lambron) à propos de l'admirable exposition qui se déroule actuellement au Couvent des Cordeliers ?

* Qu’est-ce que vous éprouvez devant cette galerie de portraits dont vous êtes l’unique sujet?
* Isabelle Huppert : – Je ne le dis pas pour éluder la question, mais ce sont des regards de photographes avant d’être des portraits de moi. Les photographes font souvent leur autoportrait à travers leurs modèles. Pour le reste, c’est difficile de parler d’une photo de soi... C’est ce qui échappe, une dimension d’invisible que les photographes font surgir ! -

Merci à vous, chère Angèle Paoli, sans qui les portraits de cette galerie n'existeraient pas, et à Yves aussi, votre éditeur-webmaster, qui les met en ligne si amoureusement !

Amicizia
Guidu _______

Merci, Guidu, de me donner l'occasion d'évoquer cette exposition consacrée tout entière à Isabelle Huppert. Je suis allée la voir deux fois et je crois bien que je ne vais pas résister au désir d'y retourner une troisième. Pour renouer avec cette émotion profonde, intense - au bord des larmes - que La Femme aux portraits a suscitée en moi. Il y a de la fascination à se sentir (à se croire) perçue, ne serait-ce que derrière un clignement de paupière, un imperceptible mouvement du corps, par les regards d'Isabelle Huppert. Je ne savais pas qu'elle m'habitait à ce point, qu'elle s'était insinuée avec une pareille acuité dans ma propre sensibilité. Elle est là, dans ce vaste et sublime vaisseau du Couvent des Cordeliers, démultipliée, déclinée sous de multiples visages, terriblement présente et absolument familière. Elle est là qui nous interroge dans son silence, par delà l'oeil du photographe: quelle part mystérieuse de cette femme pousse le spectateur à venir s'abîmer en elle ?

Voici l'itinéraire - pour les mois à venir - de cette fascinante exposition, qui a pris son envol au MoMA à New York, en octobre dernier :
- Mars-avril 2006 -> c/o Berlin Museum, Berlin.
- Mai-juin 2006 -> Real Jardin Botànico, Madrid.
- Juillet-août 2006 -> Tokyo Metropolitan Museum of Photography, Tokyo.
- Septembre-octobre 2006 -> Villa Médicis, Rome.
- Novembre-décembre 2006 -> British Film Institute (National Film Theater), Londres.
- Janvier 2007 -> Opéra de Rio de Janeiro.
- Juin 2007 -> Nouveau musée d’art moderne et centre cinématographique, Beijing.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.