« 2 février 1957 | Mort de Valery Larbaud | Accueil | Brina Svit, Un cœur de trop »

03 février 2006

Commentaires

L'ombre de Trakl nous éclaire, comme cette pléiade de poètes profonds ou obscurs qui, dans l'ombre (comme le meilleur de nous-même), n'ont pas cherché l'ombre, mais la lumière.
Jean-Marie.


Merci beaucoup pour ce "recueil" de renseignements sur ce poète inconnu de moi jusqu'ici ... la vie de Trakl sur le Net.
Une amie m'avait parlé de lui, je pensais que c'était un peintre expressionniste - un coup dans l'eau de la mémoire, mais pas très loin, cercles concentriques
Voilà


J'ai découvert Georg Trakl grâce à la lecture d'Obabakoak de Bernardo Atxaga qui y fait allusion dans son beau récit Margaret et Heinrich , jumeaux". A noter que son oeuvre poétique est également accessible dans la collection Folio bilingue (et le poème "Sonia" dans son tome 2).




Merci, Emmanuelle, pour cette ouverture sur un auteur que je ne connais pas. Je prends note.
Amicizia
Angèle


L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.