« Louise de Vilmorin/L’île | Accueil | Michel-Ange/Je vois par vos beaux yeux une douce lumière »

18 février 2006

18 février 1927/Lettre de Vita Sackville-West à Virginia Woolf

Éphéméride culturel à rebours




Vita_sackvillewest_dans_lorlando_de_v1wo
Portrait de Vita Sackville-West
dans une édition d'Orlando de Virginia Woolf.

Source





Vendredi, 18 fév. 1927       52 T.[avistock] S. [quare,W.C. I]

          Mon tendre Trésor,

    …Oui, tu me manques de plus en plus. Je sais que ça te fera plaisir de me savoir malheureuse. Eh bien, tu peux…
    Nous sommes encore, tu seras étonnée de l’apprendre, en train de discuter de l’amour et de la sodomie… Et c’est alors que Morgan [E. M. Forster] déclare qu’il y a bien réfléchi et que l’on passe 3 heures à manger, 6 à dormir, 4 à travailler, 2 à aimer. Lytton, lui, dit 10 à aimer. Moi, je dis, la journée entière à aimer. Je dis que cela fait voir les choses à travers un halo romantique. Mais, me disent-ils, vous n’avez jamais été amoureuse.

Vita Sackville-West/Virginia Woolf, Correspondance, Stock, Nouveau Cabinet Cosmopolite, 1985, pp. 235-236. Traduite de l’anglais par Raymond Las Vergnas.



18 fév. [1934]      52 T.[avistock] S. [quare,W.C. I]

          Oui, ça sonne bigrement bien, ton château. Mais tu en seras partie à présent. Tu seras à Marrakech, en compagnie de la Princesse royale et de Lord Harewood - la nouvelle m’a frappée en pleine figure dans la presse du dimanche…
    Je suis restée clouée sur mon sofa, enveloppée dans ma robe de chambre, presque depuis ton départ - quelle corvée ! J’espère ne pas t’avoir contaminée le jour où nos étions en voiture : l’habituel petit refroidissement; et puis ensuite l’habituel satané mal de tête… Et je me suis plongée dans dix mille volumes. Ce qui me rappelle - que j’ai demandé à L., qui a hurlé de joie, de faire des recherches pour ce titre de l’île sombre, et il me dit qu’il t’a écrit. Nous avons, tous les deux, hurlé de joie. Notre programme avait l’air si maigre et si sec - à présent l’opulence de la nature est descendue sur lui. Quelle bénédiction !

Vita Sackville-West/Virginia Woolf, id., page 467.





Voir aussi :
- ( sur Terres de femmes)
26 juin 1926/Lettre de Vita Sackville-West à Harold Nicolson ;
- (sur Terres de femmes)
Virginia, lectures croisées ;
- (sur Books and Writers) une
bio-bibliographie (en anglais) de Vita Sackville-West.




Retour à l' index de l'éphéméride culturel
Retour à l' index des auteurs


TrackBack

URL TrackBack de cette note:
http://www.typepad.com/t/trackback/4287707

Voici les sites qui parlent de 18 février 1927/Lettre de Vita Sackville-West à Virginia Woolf:

Commentaires

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas sur ce weblog tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Si vous avez un compte TypeKey ou TypePad, merci de vous identifier